‘Patauger dans l’eau…’

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

‘Patauger dans l’eau…’

« Wade in the Water, wade in the water children.
Wade in the Water. God’s gonna trouble the water. »

Amanda Powell & Ashlee Foreman (sopranos) – Au centre Jeannette Sorrell directrice artistique du groupe Appolo’s Fire

Aussi beau, aussi enjoué, aussi profond soit-il, un Negro Spiritual ne se limite pas, le plus souvent, à n’être qu’un chant fraternel ou spirituel.

Pour les esclaves afro-américains du Sud des États Unis, au XIXème siècle, dont le salut se réduisait à la seule réussite de leur fuite vers le Nord, beaucoup de ces chants, utilisés comme des outils codés de communication sur les chemins clandestins de l’exode, contribuaient à leur survie.

Dépouillés des haillons poussiéreux des chemins certains reviennent sous les ors éclatants de la scène pour rendre hommage aux passeurs, esclaves comme eux, qui jadis, à l’instar de la noble Harriet Tubman, les entonnaient pour guider discrètement le pas des malheureux.

Lire, voir, écouter . . .

Tristesse

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Tristesse

Adieu tristesse,
Bonjour tristesse…

Tu n’es pas tout à fait la misère,
Car les lèvres les plus pauvres te dénoncent
Par un sourire.

Paul Eluard

Ψ

Voix d’ange et musiciens aussi jeunes que talentueux pour faire fête à la saudade brésilienne entre jazz et bossa-nova

Alba Armengou

Lire, voir, écouter… danser !

Here’s to life

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Here’s to life

I have learned that all you give is all you get
So give it all you’ve got*

Shirley Horn – (1934-2005) – Photo 1991

« Le retour de Shirley Horn au devant de la scène à l’âge mûr a révélé au grand public une chanteuse d’une rare authenticité, chez qui l’émotion la plus pure se conjuguait à une musicalité sans pareille dont témoignait son aura auprès des musiciens. »

Vincent Bessières – Directeur de la revue « Jazz & People »

* J’ai appris  que tout ce qu’on donne est tout ce qu’on obtient
Alors donne tout ce que tu as reçu

Lire, voir, ÉCOUTER . . .

Des voix vers le Seigneur

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Des voix vers le Seigneur

Les voies du Seigneur sont impénétrables…

Pénétrantes, les voix vers Lui.

« Blagoslovi, dushe moya »  / Bénis le Seigneur, ô mon âme !
(Psaume 103)

2ème mouvement des « Vêpres » de Sergei Rachmaninov (1915)

De G à D : Adrian Nikiel, Katarzyna Bieniaszewska, Michał Raczkowski, Joanna Dacko, Irina Bogdanovich (solo), Adrianna Jarzębowska, Jakub Kozioł, Teresa Gręziak, Rafał Brzeziński.

« La seule condition requise pour recevoir le message de Rachmaninov est la sincérité ; la sincérité et l’absence de tout pédantisme ; la sincérité et le consentement à l’ivresse qui nous emporte. »  

Vladimir Jankélévitch

Lire, voir, écouter . . .

Baiser d’ange

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Baiser d’ange

« L’univers moins hideux et les instants moins lourds »   (Baudelaire)

Fatma Said – soprano

« Del cabello más sutil
« Que tienes en tu trenzado
« He de hacer… »  (Fernando Obradors – in « Canciones clásicas españolas »)

Du cheveu le plus délicat
Qui se glisse dans ta tresse,
Je veux tramer…

Lire, voir, écouter la suite . . .

Jazzy mezzo mezza-voce…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Jazzy mezzo mezza-voce…

Renée Fleming – « La Forme de l’eau »

Quand une des plus grandes sopranos classiques d’aujourd’hui met avec douceur toute la chaleur suave et élégante de son registre mezzo au service d’une mélodie populaire jazzy des U.S.A. des années 1940, revisitée par le très talentueux Alexandre Desplat…

Cette vidéo, bande son officielle du film « fantastique » et « romantique » de Guillermo del Toro, « The Shape of Water » est un délice à consommer comme une friandise de Noël !

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /12 : Tourments d’une Reine Indienne

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /12 : Tourments d’une Reine Indienne

Julia Bullock (soprano) – Indian Queen

Il « automne » beau dans le cœur saturnien de cette belle Reine Indienne qui prend les traits et la voix de la superbe soprano américaine Julia Bullock.

Émouvante Reine Indienne !
Héroïne de l’opéra que Purcell laisse inachevé à sa mort en 1695 et que Peter Sellars, metteur en scène de génie, fait remonter sur les tréteaux 320 années plus tard, pour lui offrir une histoire bien moins sucrée que celle proposée par le livret initial, le revisitant profondément et le modernisant. Complétant la partition originale…

[…]

Douce Reine Indienne dont les sincères espérances, amoureuse ou politique, ne connaîtront que la trahison.

« There’s joy in my grief and there’s freedom in chains. » *
                                                        « Indian Queen » – Henry Purcell

* Il y a de la joie dans mon chagrin, et de la liberté dans mes chaînes.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /7 : Séparation à deux voix

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /7 : Séparation à deux voix

Charlotte Gainsbourg et Julia Lezhneva

L’une reste, l’autre part…
De son amour
chacune un jour
se sépare.

L’une chante, l’autre si peu !
La plus triste des deux
ne chante pas le mieux
son adieu.

Deux voix.
Une même tendresse.
Les grands émois
n’ont pas d’adresse.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /2 : Live at Blues Alley

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /2 : Live at Blues Alley

Blues Alley Jazz Club – Georgetown (Washington D.C.)

A quelques exceptions près, tous les musiciens qui ont compté dans l’histoire du jazz depuis l’ouverture du Blues Alley Jazz Club en 1965 se sont produits sur sa scène légendaire.

Eva Cassidy sur le seuil de Blues Alley – janvier 1996

Ce mercredi 3 janvier 1996, celle qui vient de brancher sa guitare électrique sur la scène n’est pas connue, ou si peu, et le plus souvent par ses collègues musiciens et les fans des cafés où elle se produit habituellement avec son groupe.

Elle se propose dans cette salle mythique d’enregistrer en « live » son premier album, pour lequel elle a engagé toutes ses économies…

Pour dompter ce rhume qui la taraude, elle choisit d’entrer en scène avec des vêtements chauds d’homme, trop grands pour ce petit ange blond.

Ses accompagnateurs sont prêts. Elle chante ! Blues, folk, gospel, soul…!!!
Époustouflant éclectisme vocal !

Elle l’ignore encore, mais hélas, ses jours et ses joies sont comptés…

Il souffle toujours dans notre cœur un triste vent froid de fin d’automne quand on écoute Eva Cassidy.

Lire, voir, écouter la suite . . .