Les heures de la beauté – La beauté des heures

Vient de paraître sur   « De braises et d’ombre » :

Les heures de la beauté – La beauté des heures

Où, plus sûrement que dans la générosité de la nature, au milieu des merveilles que, sans cesse, ses lumières façonnent et embellissent,

Où, plus sensuellement que sous la tendre caresse de deux cœurs aimants,

Où, plus savoureusement que dans le vers inspiré…

Ralph Vaughan Williams (1872-1958)

Ralph Vaughan Williams (1872-1958)

Que la beauté s’éveille ! Qu’elle nimbe le silence de midi !

Lire, écouter, voir la suite. . .

Sainte-Cécile : En avant la musique !

Vient de paraître sur   « De braises et d’ombre » :

Sainte-Cécile : En avant la musique !

sainte-cecile-guido-reni-1606-huile-sur-toile-pasadena-usa

Sainte-Cécile par Guido RENI – 1606

22 novembre : c’est le jour de la Sainte-Cécile !

Pauvre Cécile, jeune patricienne du IIIème siècle, dont la légende étrange rapporte que, mariée contre son gré, elle voulut rester vierge par respect pour le dieu qu’elle adorait, convertit à sa foi la plupart de son entourage en commençant par son mari, et finit, après avoir…

Purcell

Haendel

Haydn

Gounod

Vive la Musique !!!

Voir, lire, écouter la suite. . .

Cosmique !

Vient de paraître sur   « De braises et d’ombre » :

Cosmique !

« Une goutte de musique pure est un point d’éternité. »

Yves Nat (Pianiste – 1890-1956)

Alexandre Siloti - pianiste et compositeur russe (1863-1941)

Alexandre Siloti – pianiste et compositeur russe (1863-1941)

Emil Gilels joue le « Prélude en Si mineur » de Alexandre Siloti (arrangement du « Prélude en Mi mineurBWV 855a » du « Clavier bien tempéré » de J.S. Bach).

« L’état musical associe dans l’individu l’égoïsme absolu à la plus haute générosité. On veut simplement être soi, non par orgueil mesquin, mais… »        

Cioran

Lire, écouter, voir la suite. . .

« Exprimer l’inexprimable »

Vient de paraître sur   « De braises et d’ombre » :

« Exprimer l’inexprimable »

Erik Satie (17 mai 1866 - 1 juillet 1925)

Erik Satie (17 mai 1866 – 1 juillet 1925)

A l’instar de ces inoubliables compositeurs qui ont servi et amplifié, jusqu’à les magnifier souvent, les vers des poètes français, Satie, par cette économie de moyens qui caractérise son style, est parvenu, lui aussi, et avec quelle grâce, à « exprimer l’inexprimable »

[…]

Trois mélodies de 1886 :

Impassible rythme, suaves et « blanches » harmonies, délicatesse d’une poésie simplement inspirée, « Les Anges », « Élégie » et « Sylvie » constituent un trésor inestimable que l’on se doit de mettre entre toutes les oreilles, mais qu’à l’évidence, on ne peut pas confier à toutes les voix. …

[…]

Lire, écouter, voir la suite . . .