Mozart… à la française !

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Mozart… à la française !

« … parce que j’ai le culte de la ligne mélodique et que je préfère Mozart à tous les autres musiciens. »   Francis Poulenc

Et quel plaisir, toujours renouvelé, d’apporter la preuve d’un tel propos, par l’exemple, avec le deuxième mouvement « Larghetto » du « Concerto pour deux pianos » en Ré mineur, que Poupoule, comme l’appelaient ses intimes, écrit en 1932 à la demande de la princesse Edmond de Polignac.

Lucas et Arthur Jussen – pianistes

Démonstration d’autant plus belle que ce « Larghetto », dans lequel Mozart a bien du mal à se cacher, est ici formidablement interprété par deux jeunes pianistes d’exception, les frères Jussen, et l’orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam placé sous la baguette de Stéphane Denève.

La réalisation vidéo étant elle-même remarquable, la tentation de retrouver les autres mouvements pourrait bien être irrépressible.

On découvrira alors combien Poulenc a composé ce concerto en caméléon, également inspiré pendant son travail par Bach, Ravel, Rachmaninov ou Stravinsky.

Lire, voir, écouter la suite . . .

33 Sonnets composés au secret (rediffusion)

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

33 Sonnets composés au  secret

Rediffusion du billet paru sur « Perles d’Orphée » le 24/03/2013

« Bois cette tasse de ténèbres, et puis dors. »

Sonnet VII

Jean-Cassou (1897-1986)Après avoir maintes fois échappé à la Gestapo pour acte de résistance, Jean Cassou est arrêté le 12 décembre 1941 et emprisonné à Furgole près de Toulouse.

Ses geôliers ne lui autorisant ni la lecture, ni l’écriture, il n’a d’autre choix que d’utiliser ses grandes capacités de mémoire pour se rapprocher des poètes qu’il fréquente assidûment depuis toujours. C’est également sa mémoire qu’il va solliciter jusqu’à l’extrême pour les rejoindre en écriture durant sa détention. Ainsi gravera-t-il dans son esprit « 33 sonnets composés au secret » qui ne connaîtront le bonheur de la publication qu’en 1944, affublés d’une chaleureuse préface d’Aragon.

En voici quelques-uns …

Lire, voir, écouter la suite . . .

 

Un arc-en-ciel en enfer : I / L’histoire – II / La musique

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un arc-en-ciel en enfer

I – L’histoire

II – La musique

Tapisserie de l’Apocalypse – Angers – XIVème – pièce 2 – scène 25

Quand on connaît l’extraordinaire histoire d’une des plus belles et des plus emblématiques compositions de la musique du XXème siècle, n’est-on pas plus enclin encore à se laisser transporter, par son écoute, vers « la lumière indéfectible de l’inaltérable paix » ?

« Quatuor pour la fin du temps »
d’Olivier Messiaen

Lire, voir, écouter la suite . . .

I – L’histoire

II – La musique

Liebestod

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Liebestod

Tristan
– Veux-tu me suivre au pays où le soleil ne luit point ? Veux-tu suivre Tristan ?

Isolde
– Au pays dont il parle, Isolde suivra Tristan…

Comme un écho au billet paru le 23 mai 2013 sur « Perles d’Orphée » :
Liebestod (La mort d’amour)

Waltraud Meier (« Liebestod« ) – Bayreuth 1999

Lire, voir, ÉCOUTER la suite . . .