Un cœur en automne /10 : Barbara Auzou – un poème de saison

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /10 : Barbara Auzou – un poème de saison

« L’âme de l’artiste est un tout complexe où se mélangent en proportions infiniment variables les dons du poète, du peintre, du musicien. »

Albert Schweitzer (« J.S. Bach – Le musicien poète »)

Julius Sergius von Klever (1850-1924) – peintre russe d’origine allemande

Une bouffée d’heureuse nostalgie aux senteurs de terre mouillée et de feuilles jaunies, et les arbres du chemin se découvrent pour saluer le passant qui marche vers son enfance perdue.

Un poème de Barbara Auzou et une « petite fugue » de Bach…

Automne XII

La lampe oblique de l’automne s’obstine dans son regard de biais

Derrière un fourré l’espace glisse sous le bâton d’un marcheur qui trace des trouées d’enfance sans dire un mot

Il y a un regain d’odeurs

[…]

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /8 : Souvenirs à six cordes

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /8 : Souvenirs à six cordes

Ressouvenir

Ô passé des chants doux ! ô l’autrefois des fleurs !…
Je chante ici le chant des anciennes douleurs.

[…]

Renée Vivien (1877-1909)

Un cocktail mélancolique comme une potion cosmopolite du bonheur :

– Quelques vers languides d’une belle poétesse française,

– Une partition de musique nostalgique d’un compositeur brésilien,

– La délicate virtuosité d’une interprète chinoise…

 … faisant chanter la guitare d’un légendaire maître facteur espagnol.

Xuefei Yang

Lire, voir, écouter, « déguster » la suite . . .

Un cœur en automne /7 : Séparation à deux voix

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /7 : Séparation à deux voix

Charlotte Gainsbourg et Julia Lezhneva

L’une reste, l’autre part…
De son amour
chacune un jour
se sépare.

L’une chante, l’autre si peu !
La plus triste des deux
ne chante pas le mieux
son adieu.

Deux voix.
Une même tendresse.
Les grands émois
n’ont pas d’adresse.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /6 : Mélange élégiaque

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /6 : Mélange élégiaque

Mais la tendre Élégie et sa grâce touchante
M’ont séduit. L’Élégie à la voix gémissante,
Au ris mêlé de pleurs, aux longs cheveux épars ;
Belle, levant au ciel ses humides regards.

André Chénier – « Élégie XXXII »

Irina Lankova – pianiste

Amours déçues, vision désespérée du futur, tourments de mort…
Et s’ouvre grand pour l’âme sensible du poète ou du musicien l’intime registre élégiaque.
Fugitive, une lueur de confiance parfois le traverse.

 

Un poème de Goethe, comme une invitation à noyer de nos larmes la plainte apaisée d’un cœur éploré :

« Réconciliation »

 

 

Une composition romantique comme un émouvant appel à fondre notre plus triste soupir dans l’envoûtante mélancolie d’une mélodie de Rachmaninov :

« Élégie », sous les doigts de Irina Lankova.

 

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /5 : Back to Carrieckfergus

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /5 : Back to Carrickfergus

Carrickfergus castle – photo by John Tinneny

Il est tard. Les vieilles pierres irlandaises neuf fois centenaires du château de Carrickfergus ne vont pas tarder à rejoindre pour la nuit leur nid de brumes froides.
Laissons les se souvenir des invasions qui les assemblèrent et des combats dont elles portent encore fièrement les cicatrices.

Ce soir, nous irons nous réchauffer dans ce pub, derrière le port.
Autour d’un violon, d’une flûte, et d’une guitare, nous noierons notre mélancolie dans une (ou peut-être deux…!) pinte de Guinness ou de Kilkenny.
Une jolie rousse chantera pour nous la complainte de ce ce vieux vagabond qui rêve, avant de mourir, de retrouver ses amours de jeunesse, là-bas, pas très loin de Belfast, à Carrickfergus…

Émus, nous lèverons nos verres… à l’irlandaise :

– « It’s grand !  Slàinte ! »*

* « C’est bon ! Santé ! » (Prononcer “Slantché”)

Lire, voir, écouter la suite . . .

D’où compter les étoiles ?

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

D’où compter les étoiles ?

Jean-Sébastien Bach à 30 ans (1715) par Johann Ernst Rentsch le vieux († 1723)

Il n’est pas exceptionnel qu’à l’écoute d’une musique de Jean-Sébastien Bach, s’entrouvrent devant nous les portes du ciel. Il n’est pas rare, non plus, que certaines interprétations engagent notre âme émerveillée sur ce chemin des anges qui tout droit conduit à leur seuil.

Mais il arrive aussi, parfois, que la musique du Cantor de Leipzig, nous raccroche très profondément, très substantiellement, à la terre qui nous porte.
Et, qu’on ne s’y méprenne surtout pas, non parce qu’elle aurait perdu la part de sublime émané…

[…]

La « Sicilienne » de Jean-Sébastien Bach, transcrite pour le piano par le grand Wilhelm Kempff dans les années 1950, interprétée par une prodigieuse jeune pianiste au jeu d’une rare sincérité, comme témoignage émouvant que l’Esprit de la musique de Bach quitte parfois le Royaume des Cieux.
Quel meilleur endroit que notre Terre, après tout, pour compter les étoiles ?

Béatrice Berrut

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /2 : Live at Blues Alley

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /2 : Live at Blues Alley

Blues Alley Jazz Club – Georgetown (Washington D.C.)

A quelques exceptions près, tous les musiciens qui ont compté dans l’histoire du jazz depuis l’ouverture du Blues Alley Jazz Club en 1965 se sont produits sur sa scène légendaire.

Eva Cassidy sur le seuil de Blues Alley – janvier 1996

Ce mercredi 3 janvier 1996, celle qui vient de brancher sa guitare électrique sur la scène n’est pas connue, ou si peu, et le plus souvent par ses collègues musiciens et les fans des cafés où elle se produit habituellement avec son groupe.

Elle se propose dans cette salle mythique d’enregistrer en « live » son premier album, pour lequel elle a engagé toutes ses économies…

Pour dompter ce rhume qui la taraude, elle choisit d’entrer en scène avec des vêtements chauds d’homme, trop grands pour ce petit ange blond.

Ses accompagnateurs sont prêts. Elle chante ! Blues, folk, gospel, soul…!!!
Époustouflant éclectisme vocal !

Elle l’ignore encore, mais hélas, ses jours et ses joies sont comptés…

Il souffle toujours dans notre cœur un triste vent froid de fin d’automne quand on écoute Eva Cassidy.

Lire, voir, écouter la suite . . .