Juin – Le bonheur d’être triste

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Juin – Le bonheur d’être triste

Claude Monet – Coin de jardin à Montgeron (Musée de l’Hermitage)

Si l’on me demandait, me privant de l’usage des mots, de définir la mélancolie, je donnerais aussitôt à entendre la barcarolle ‘Juin’ composée par Tchaikovsky.

Dans l’interprétation de Vadim Chaimovich, par exemple :

Écouter, voir . . . !

‘Yo soy Maria’

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

‘Yo soy Maria’

Tango sévère et triste,
Tango de menace…

Tango d’amour et de mort

Ricardo Güiraldes

Fatma Saïd (soprano) – Maria de Buenos Aires

La voilà qui se présente, revenue des ténèbres à travers les imaginations littéraire et musicale conjuguées de Horacio Ferrer et Astor Piazzola, pour incarner le Tango qui leur est si cher.

La voilà, sous les traits de Fatma Saïd, et empruntant sa formidable voix, qui fièrement s’annonce au début de l’opéra-tango, « Maria de Buenos Aires » qu’ils ont respectivement écrit et composé à la fin des années 1960, en hommage à l’éternel tango argentin :

Yo soy Maria

Lire, écouter, voir . . .

Et en écho la transparence

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Et en écho la transparence

Et sangloter d’extase les jets d’eau,
Les grands jets d’eau sveltes parmi les marbres.

Verlaine (« Clair de lune » in « Les fêtes galantes »)

La Villa d’Este – Tivoli – Roma

Une halte printanière sous les fenêtres de la « Villa d’Este » : en écho à la symphonie des fontaines et des cascades, Franz Liszt, depuis la « chambre des roses », nichée sous les toits, fait chanter, allègres et cristallines, les notes ondoyantes de son piano…

Écouter la transparence . . .

Méditer dans la lumière

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Méditer dans la lumière

« Si seulement Dieu avait fait notre monde aussi parfait que Bach a fait le sien divin ! »

Cioran – « Le livre des leurres » – 1936

Jean Sébastien Bach 
« Die Seele ruht in Jesu Händen
 » – Cantate BWV 127 

Lumière de l’ange :

Marie Louise Werneburg – Soprano

ou

Lumière du bout des doigts :

Herbert Schuch – Piano

Mais toujours lumière de l’âme !

Lire, voir, écouter . . .

 

Mais vieillir… ! – 13 – Peut-être ?

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mais vieillir… ! – 13 – Peut-être ?

Y así pasan los días
Y yo desesperando
Y tu, tu contestando
Quizás, quizás, quizás

Ibrahim Ferrer & Omara Portuondo

Une vieux boléro cubain chanté par d’inoubliables légendes de la musique cubaine…

Jeunesse éternelle ? Quizas, quizas, quizas !

Lire, voir, écouter . . .

« Eu Já Não Sei » (Je ne sais plus)

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

« Eu Já Não Sei » (Je ne sais plus)

Car qui souffre d’amour

Supporte mieux en chantant

Les peines qui battent la poitrine

De G à D : Ricardo Cruz – Roberta Sá – António Zambujo (compositeur) – Yamandú Costa

Fado couleur Brésil…

Écouter, voir . . .

Mais vieillir… ! – 11 – Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mais vieillir… ! – 11 –

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait

Quand on est jeune, l’âge ne signifie rien
Je n’y avais jamais prêté attention

Jusqu’à ce qu’un jour vienne ce vieil homme

Et voici ce qu’il m’a dit :

Orson Welles – « I know what it is to be young »

Orson Welles (1915-1985)

« Je sais ce que c’est d’être jeune »

Écouter la sagesse du vieil homme . . .

Ménilmontant – Ménil’manouche

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Ménilmontant – Ménil’manouche

Ménilmontant, mais oui madame,
C’est là que j’ai laissé mon cœur
C’est là que je viens retrouver mon âme
Toute ma flamme
Tout mon bonheur

Charles Trénet (1913-2001)
« Ménilmontant » – 1938

Joscho Stephan – Marion Lenfant-Preus – Volker Kamp

Bien sûr, « Ménilmontant », Charles Trénet ! Éternelle chanson par « le fou chantant ».

Mais, « Ménilmontant », rajeunie, génération 2020, guitare, jazz manouche, scats…

Ça vaut vraiment le détour ! N’est-ce pas Mamie ?

Écouter, voir . . .

Toqué de toccata /15 -De la vigne au Seigneur… tout simplement

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Toqué de toccata /15 –
De la vigne au Seigneur… tout simplement

Eppan – Sud Tyrol – Résidence Reinsberg

Une petite fiction bien innocente, prétexte à partager un lieu et un instant de paix :

Un castel accueillant au milieu des vignes, une modeste chapelle baroque aux murs ‘aile d’ange’, un positif en forme de retable et sous les doigts virtuoses d’un organiste, une toccata, simple et joyeuse, d’un compositeur inconnu, contemporain du Cantor…

Tout simplement !

Lire, écouter, voir . . . 

Zdes’ khorosho : Ici c’est bien !

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Zdes’ khorosho : Ici c’est bien !

Mais de tous ces enchantements,
N’y a-t-il rien de plus charmant
Que le sourire de tendresse
D’une âme oubliant sa détresse.

Fiodor Tiouchev

Nikolai N. Dubovski – Silence (1890)

Avec la musique de Sergueï Rachmaninov, la part romantique de « l’âme russe » trouve un formidable chemin d’expression.

Parmi les 12 Romances (Opus 21) qu’il compose entre 1900 et 1902, la septième, « Zdes’khorosho » mettant en musique un poème de la poétesse Glafira Adol’fovna Galina, ne tarde pas à acquérir une réelle popularité tant elle respire cette puissante mélancolie qui habite profondément l’âme slave.

Chacun, chacune, avec sa voix, avec son instrument, avec sa sensibilité propre, éclaire d’une manière différente le romantisme de cette mélodie simple et apaisée.

Mille manières d’être romantique…

Lire, écouter, voir et s’émouvoir . . .