Alfonsina : encore et toujours !

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Alfonsina : encore et toujours !

Por la blanda arena que lame el mar
Su pequeña huella no vuelve más
Un sendero solo de pena y silencio llegó
Hasta el agua profunda
Un sendero solo de penas mudas llegó
Hasta la espuma*

Paroles de la chanson « Alfonsina y el mar »

Belle surprise que cette version très touchante de « Alfonsina y el mar » par l’iconique bassiste de jazz Richard Bona et son complice, le pianiste cubain Alfredo Rodiguez depuis la scène du Festival de Jazz de Vienne (Isère), cet été 2021.

Lire, voir, écouter. . . Laisser un sourire sécher une larme !

*Sur le sable fin léché par la mer
Cette petite empreinte qui n’apparaît plus,
Il ne reste qu’un sillage de silence et de peine
Jusque dans l´eau profonde
Un sentier de peines muettes
Qui avance dans l’écume.

Impossible ? Possible !

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Impossible ? Possible !

CENDRILLON
Ma chère Fée, tu pourrais tout changer. Tu pourrais faire que tout arrive.

FÉE
Non, mais tu pourrais tout changer. Tu pourrais faire que tout arrive.

Marie Oppert & Nathalie Dessay – Impossible / it’s possible (Enregistrement)

« Possible »

Mon étendard pour 2022 !

Lire, voir, écouter… c’est possible !

Côté scène, côté garage ou… côté cuisine ?

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Côté scène, côté garage ou… côté cuisine ?

Tarentule

La tarentelle :

Danse frénétique et sautillante comme thérapie aux effets malins de la morsure d’une tarentule…

ou, depuis La Danza du grand Rossini, un heureux moment de virtuosité qui ne se préoccupe pas du lieu où il produit son effet étourdissant : de la cuisine au garage en passant par la scène.

Viva il ballo a tondo a tondo,
sono un Re, sono un Pascià,
è il più bel piacer del mondo
la più cara voluttà.

Patricia Janečková (soprano)

Lire, voire, écouter. . . danser !

 

Mais vieillir…! – 7 – ‘Yesterday when I was young’

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mais vieillir…! – 7 – ‘Yesterday when I was young’

 

« There are so many songs in me that won’t be sung. »

Willie Nelson 2021 (88 ans)

Willie Nelson chante « Yesterday when I was young »
– « Hier encore » – 
de Charles Aznavour

Écouter, et écouter, et écouter . . .

Mais vieillir – 5 – « When you are old »

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mais vieillir – 5 – « When you are old »

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

Pierre de Ronsard – Sonnets pour Hélène – 1578

William Butler Yeats (1865-1939)

Le grand poète irlandais, Prix Nobel de Littérature 1923, a un jour choisi de s’inspirer de très près de son illustre prédécesseur français, Pierre de Ronsard. Comme lui, il a composé dans le même esprit ce poème devenu célèbre entre tous, dit aux quatre coins de la planète :

« When you are old ».

Il est toujours aussi bon de l’entendre avec la douceur et la discrétion qu’encouragerait certainement l’auteur. Mais le plaisir se prolonge volontiers dans l’adaptation qu’en proposent de talentueux chanteurs d’aujourd’hui. Ainsi la belle composition et interprétation de Gretchen Peters, en 1996…

Écouter, goûter . . .

L’amour au temps de… la pandémie

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

L’amour au temps de… la pandémie

Dans le malheur, l’amour devient plus grand et plus noble.’

Gabriel Garcia-Marquez
(« L’amour au temps du choléra » – 1985)

Un émouvant montage-collage d’un youtubeur inconnu en guise de bande-annonce rétrospective du film prémonitoire de David Mackenzie, sorti sur les écrans en 2011, PERFECT SENSE.

Au cœur d’une pandémie mondiale causée par un virus étrange qui entraîne chez les malades qu’il infecte une perte progressive des sens, un cuisinier, privé de facto d’une large part d’activité, et une brillante infectiologue, aussi perplexe qu’engagée, tombent amoureux.

Le vidéaste mixe selon son inspiration propre quelques images du film avec la voix de Shirley Horn chantant une des plus belles réussites du Jazz vocal de son cru, « Here’s to life », qui ne fait en rien partie de la bande son originale.

Émotion garantie à travers un harmonieux souvenir de cette romance cinématographique brièvement revisitée musicalement ici avec justesse et bon goût.

Lire, voir, écouter . . .

 

Mais vieillir…! – 3 – Un vieillard

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Mais vieillir…! – 3 – Un vieillard

Ferdinand Hodler (Suisse 1853-1918)- Vieil homme lisant

« La taverne de la mer » :

Poème de Constantin Cavafy (poète grec 1863-1933)

Traduction en français depuis une réinterprétation du poème en chanson
par Lluis Llach, en catalan.

« Cavafy a peur de devenir ce petit vieux attablé à la taverne de la mer, et qui voit sa jeunesse enfuie et son dernier visage resté collé dans ses mains boursouflées, et qui ne pourront plus caresser un corps d’éphèbe que contre monnaie. Cette hantise de l’homosexuel vieillissant il l’aura porté très tôt. De bars louches en bars louches, là où se trouvent ses jeunes matelots d’une vingtaine d’années au plus, il part en fait plus à la recherche de sa jeunesse que d’un nouveau corps à habiter, à posséder. »

Gil Pressnitzer (« Esprits Nomades » – « Constantin Cavafy »)

Lire, voir, écouter . . .

Mais vieillir…! – 2 – DANCE

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Mais vieillir…! – 2 – DANCE

« En vieillissant, je sens que tout s’en va… et j’aime tout plus passionnément. »

Émile Zola

Susan Sarandon & Danny Glover – Clip-Video « DANCE »

Jean de La Fontaine
—  Je crois qu’on est vieux la première fois…

Le rossignol
—  Qu’on aime ?

Jean de La Fontaine
—  Ah ! Non. La première fois qu’on cesse d’aimer.

Sacha Guitry  – « Jean de La Fontaine » (1916)

Lire, voir, écouter  . . .

Old fashion…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Old fashion…

« La mode se démode, le style jamais. »

Coco Chanel

Tatiana Eva-Marie

Tatiana Eva-Marie chante avec sa grâce toute naturelle la chanson créée dans les années 1930 par Baby Rose-Marie au début très précoce de sa carrière.

Take a picture of the moon above
In May or June
Then you could make love
Morning night or noon
By the light of the same old moon

Si Rose Marie avait alors pour accompagnateur le père du « Swing », le grand Fletcher Henderson, Tatiana n’est pas en reste, accompagnée par Terry Waldo, maître incontesté du « Ragtime » depuis une soixantaine d’années, et un groupe de musiciens très talentueux, le Gotham City Band.

Voir, écouter . . .

Sans fin les nuits d’amour ?

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Sans fin les nuits d’amour ?

« Ah ! nos nuits d’amour, Lucienne ! L’union des corps et des cœurs. L’instant, l’instant unique où on ne sait plus si c’est la chair ou si c’est l’âme qui palpite… »

Jean Anouilh (‘Eurydice‘)

Imma Cuesta

Il n’y a jamais que dans la tendre passion des chansons d’amour que les nuits refusent de finir. Quand l’heure vient de les chanter c’est…

Imma Cuesta, accompagnée par le guitariste et compositeur Javier Limón, chante « Una de esas noches sin final » ainsi qu’ils l’interprètent dans la bande originale du film « Todos lo saben » (Tout le monde le sait) du talentueux réalisateur iranien Asghar Farhadi, en 2018.

Lire, voir, écouter . . .