Et Cendrillon chante…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Et Cendrillon chante…

« On sait bien que les contes de fées
c’est la seule vérité de la vie. »

Saint-Exupéry

Wallis Giunta (mezzo-soprano) – « La Cinderella » de Rossini – Seattle Opera 2019

« Una volta c’era un re… »

Lire, voir, écouter . . .

Poor Butterfly !

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Poor Butterfly !

If you have to ask what jazz is, you’ll never know.

Louis Armstrong

Nous connaissons tous, de près ou de loin, le tragique destin de cette jolie jeune fille japonaise, séduite, abandonnée et trahie par un officier américain, Madame Butterfly, que Puccini met en scène dans son inoubliable opéra éponyme.

Son histoire a inspiré deux compositeurs de chansons du Broadway de 1916. Ils écrivent un succès : « Poor Butterfly ».

Sa reprise dans les années 1950 fait de ce morceau un « standard » du jazz que les plus grands musiciens du genre font entrer dans la légende.

Les années n’ont pas de prise sur ce titre qui a fait figure de signature des programmes de la grande Sarah Vaughan.

Et, pour notre bonheur, ça continue… pour le meilleur !

La preuve avec Cécile McLorin Salvant, a cappella ou en formation…

Lire, voir, écouter . . .

Ange-gardien

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Ange-gardien

L’ange est le musicien du silence de Dieu

Dominique Ponnau
(Directeur honoraire de l’École du Louvre)

« Entidade » – Yamandu Costa et Mônica Salmaso

« Entidade » (que j’ai voulu traduire par ange-gardien), c’est le titre d’une des nombreuses chansons brésiliennes composées par le magistral guitariste Yamandu Costa sur des textes de son illustre aîné, le grand poète brésilien contemporain Paulo-Cesar Pinheiro.

Filtrant entre les voiles sonores, pâles et ombreux, que tissent les cordes d’une guitare, la douceur rassurante d’une voix amie évoque le mystère de cette invisible présence supposée nous accompagner toujours.

 L’envie d’y croire nous gagne…

Lire, voir, écouter . . .

Positive attitude

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Positive attitude

Marianela NuñezNela par Andy Margetson

Quelques conseils très sérieux (évidemment), et illustrés (cela va de soi) pour trouver la « positive attitude » en ces temps perturbés (pour le moins) :

Tout commence par le grand débarras du garage…

Lire, voir, écouter la suite . . .

Jazzy mezzo mezza-voce…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Jazzy mezzo mezza-voce…

Renée Fleming – « La Forme de l’eau »

Quand une des plus grandes sopranos classiques d’aujourd’hui met avec douceur toute la chaleur suave et élégante de son registre mezzo au service d’une mélodie populaire jazzy des U.S.A. des années 1940, revisitée par le très talentueux Alexandre Desplat…

Cette vidéo, bande son officielle du film « fantastique » et « romantique » de Guillermo del Toro, « The Shape of Water » est un délice à consommer comme une friandise de Noël !

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /5 : Back to Carrieckfergus

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /5 : Back to Carrickfergus

Carrickfergus castle – photo by John Tinneny

Il est tard. Les vieilles pierres irlandaises neuf fois centenaires du château de Carrickfergus ne vont pas tarder à rejoindre pour la nuit leur nid de brumes froides.
Laissons les se souvenir des invasions qui les assemblèrent et des combats dont elles portent encore fièrement les cicatrices.

Ce soir, nous irons nous réchauffer dans ce pub, derrière le port.
Autour d’un violon, d’une flûte, et d’une guitare, nous noierons notre mélancolie dans une (ou peut-être deux…!) pinte de Guinness ou de Kilkenny.
Une jolie rousse chantera pour nous la complainte de ce ce vieux vagabond qui rêve, avant de mourir, de retrouver ses amours de jeunesse, là-bas, pas très loin de Belfast, à Carrickfergus…

Émus, nous lèverons nos verres… à l’irlandaise :

– « It’s grand !  Slàinte ! »*

* « C’est bon ! Santé ! » (Prononcer “Slantché”)

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /2 : Live at Blues Alley

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /2 : Live at Blues Alley

Blues Alley Jazz Club – Georgetown (Washington D.C.)

A quelques exceptions près, tous les musiciens qui ont compté dans l’histoire du jazz depuis l’ouverture du Blues Alley Jazz Club en 1965 se sont produits sur sa scène légendaire.

Eva Cassidy sur le seuil de Blues Alley – janvier 1996

Ce mercredi 3 janvier 1996, celle qui vient de brancher sa guitare électrique sur la scène n’est pas connue, ou si peu, et le plus souvent par ses collègues musiciens et les fans des cafés où elle se produit habituellement avec son groupe.

Elle se propose dans cette salle mythique d’enregistrer en « live » son premier album, pour lequel elle a engagé toutes ses économies…

Pour dompter ce rhume qui la taraude, elle choisit d’entrer en scène avec des vêtements chauds d’homme, trop grands pour ce petit ange blond.

Ses accompagnateurs sont prêts. Elle chante ! Blues, folk, gospel, soul…!!!
Époustouflant éclectisme vocal !

Elle l’ignore encore, mais hélas, ses jours et ses joies sont comptés…

Il souffle toujours dans notre cœur un triste vent froid de fin d’automne quand on écoute Eva Cassidy.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Chacun sa voie ! Chacun sa voix ! La convergence des contraires

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Chacun sa voie ! Chacun sa voix !

La convergence des contraires

[…]

Les voix humaines, elles aussi, les plus discordantes et que tout oppose – tessitures, timbres, styles, résonances – réussissent parfois, sans doute du fait de cette humanité qui les façonne, à entrer en confluence à ce…

« Rien n’est beau comme la voix humaine, quand elle est belle. »

Laure Conan (romancière québécoise  1845 – 1924)

Que le chemin paraît long des sommets stratosphériques où perchent les voix des anges jusqu’à la caillasse du chemin qu’arpente le vagabond écorchant sa ballade de sa voix rocailleuse !
Et pourtant ! L’émotion raccourcit si vite les distances ; au point, parfois, de réunir contre toute attente, dans un frisson unique, les contraires que l’on croyait irréductibles.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Simplement ! Le chemin pour demain

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Simplement ! Le chemin pour demain

« La simplicité véritable allie la bonté à la beauté. »

Platon – « La République« 

John Winn – né en 1934

La simplicité ! De combien de nos émotions est-elle la mère ?

Par exemple :

Une guitare qui déborde de souvenirs, des doigts que les ans ont décharnés, torturés d’avoir caresser tant de…

Lire, voir, écouter la suite . . .