Outremer : une ode aux parents

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Outremer : une ode aux parents

« Être adulte, c’est avoir pardonné à ses parents. »

Goethe

OutremerHerménégilde Chiasson (peintre, poète et écrivain acadien)

Outremer

Je resterai avec vous jusqu’à l’heure émouvante
où votre cœur sera devenu un continent glacé
dans le grand moment perdu de la route.
Lorsque tout se blase et se déforme
dans le regard kodachrome des touristes.
Sur la terre où nous n’avons fait qu’aimer.

J’aurais aimé avoir tes yeux, mon père,
pour regarder la mer, […]

Lire, voir, écouter la suite . . .

Moi, j’ai un rêve !

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Moi, j’ai un rêve !

André Martins de BarrosPositif-Négatif

Les poèmes de Anderson Braga Horta, les plus connus et les plus significatifs ont pour protagoniste l’homme vu sous ses aspects transcendantaux, un homme qui ne se contente de satisfaire ses besoins matériels ni ne se limite somme toute à son état physique. Le corps de cet homme est si fragile que la moindre adversité, la moindre pression externe, peuvent le réduire à néant, mais « sa tête chante », son esprit s’oppose à l’omnipuissance de la mort pour déclarer avec un orgueil presque insolent : « Moi, j’ai un rêve. Et, puisque j’ai un rêve, je suis un Homme ». (François Olègue)

Moi, j’ai un rêve.
Un rêve grand et beau
comme la vie.
Et je l’agiterai, mon saint drapeau,
devant la face de la mort.

Car j’ai un rêve… Pour les…

[…]

Lire, voir, écouter la suite . . .

Fascination du couchant

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Fascination du couchant

« – Courons vers l’horizon, il est tard, courons vite,
Pour attraper au moins un oblique rayon ! » 

Charles Baudelaire

Écrasée par l’inexorable marche de la nuit, la lumière abdique.
Les dernières ombres, craintives, allongent déjà leurs pas de fuite vers l’infini… Orgueilleux rebelles, quelques brandons…

Le temps s’évanouit dans le temps.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Monologue aux masques

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Monologue aux masques

« C’est lorsqu’il parle en son nom que l’homme est le moins lui-même. Donnez-lui un masque et il vous dira la vérité. »

Oscar Wilde

 

Ôte de ton manteau
la boue aigre de tes colères,
demain, peut-être, il te sera linceul !

[…]

Aphorismes inspirés par des masques

Masques illustrant des aphorismes…

Lire, voir, écouter la suite . . .

Quand Orphée chantait…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Quand Orphée chantait…

« Il n’est Orphée que dans le chant »  

Maurice Blanchot – « L’espace littéraire »

Franz von Stuck – 1891

Une nouvelle visite littéraire, poétique et musicale, à ce frère aîné plus vivant que jamais, sans qui les derniers instants du voyage me seraient absolument insupportables.

Se lasserait-t-on jamais d’écouter le chant d’Orphée ?

 Lire, voir, écouter la suite . . .

La pluie… T’en souviens-tu ?

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

La pluie… T’en souviens-tu ?

L’amour

Entre dedans douillet et dehors pluvieux
Entre instant de plaisir et tristesse annoncée
Entre les gouttes entre les larmes
Entre l’ivoire mélancolique d’un piano mouillé
Et l’encre nostalgique des mots blessés.
Le « blues »
Entre les vers de Francis Carco
Et les arpèges de Bill Evans.
La pluie… ?
Oui ! Je m’en souviens !

Andrei Krioutchenko (peintre de Paris)

Il pleut — c’est merveilleux. Je t’aime.
Nous resterons à la maison :
Rien ne nous plaît plus que nous-mêmes
Par ce temps d’arrière-saison.

Il pleut. Les taxis…       (Francis Carco)

Lire, voir, écouter la suite . . .

Le vide et la nuit

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Le vide et la nuit

Réduit au plus ténu du souffle

Être pure ouïe

Et faire écho en silence

Au respir des sycomores

Quand l’automne

François Cheng – A l’orient de tout – Poésie /Gallimard

Une poésie et une musique qui n’avaient sans doute pas envisagé de se côtoyer d’aussi près.

Le plaisir n’est-il pas dans l’imprévu de la rencontre de deux belles sensibilités que rien ne permettait de présager ?

Et pourtant leur dialogue au bord de la nuit semble se confondre dans un même écho…

Lire, voir, écouter la suite . . .