Agrestes mélanges : Salut à la terre !

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Agrestes mélanges : Salut à la terre !

« Redonnez-leur ce qui n’est plus présent en eux,
Ils reverront le grain de la moisson s’enfermer dans l’épi et s’agiter sur l’herbe. »

René Char – « Redonnez-leur » (in « Fureur et mystère »)

Un salut à la terre en survolant d’une aile musicale la paix des champs repus de leur propre générosité…
Un salut à la terre en traversant (trop vite) la poésie de Lucrèce, Baudelaire, Rimbaud et Char…

Lire, voir, écouter la suite . . .

« Buenos Aires no te olvida » (Pour Buenos-Aires pas d’oubli)

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

« Buenos Aires no te olvida »
(Pour Buenos-Aires pas d’oubli)

Fugata Quintet

Si vous ne pouvez pas prononcer correctement Buenos Aires, voici trois synonymes :

Borges

Tango

Piazzola

Dans l’ordre que vous voudrez !…

N’en dites qu’un seul et vous arriverez quand même à bon port !

Lire, voir, écouter la suite . . .

L’absinthe (2019)

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

L’absinthe (2019) *

* « L’absinthe » (version audio) a été publié sur « Perles d’Orphée » le 9/02/2013

Pour faire des poèmes
                          On ne boit pas de l’eau…

Charles Maire (1845-1919) – Le Verre d’Absinthe

Les paroles de la chanson de Barbara illustrées par les maîtres de la peinture des XIXème et XXème siècles, sur une mélodie de Fritz Kreisler, « Liebeslied ».

Lire, voir, écouter la suite . . .

 

Scènes d’enfants

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Scènes d’enfants

« J’envie cet enfant qui se penche sur l’écriture du soleil, puis s’enfuit vers l’école, balayant de son coquelicot pensums et récompenses. »
René Char – « Fureur et mystère » (1948) –
partie « Feuillets d’Hypnos » (1943-1944)
Gallimard / Poésie – 1962

Petite fille dans une rue de Paris – photographe inconnu

20 novembre :
Journée Internationale de l’Enfance

Au fond, seuls les enfants savent parler de l’enfance. Voilà qui explique sans doute que personne mieux que le poète ou le musicien, qui jamais ne la quittent, ne sait l’évoquer avec autant de pertinence, et autant de beauté.

Ce n’est certes pas un hasard si c’est au plus « enfant » des compositeurs de la musique classique, Robert Schumann, que revient le mérite d’avoir écrit les plus émouvantes partitions sur le thème de l’enfance : « Kinderszenen » (Scènes d’enfants).

Écoutons les, comme un hymne délicat aux joies insouciantes de nos jeunesses perdues, interprétées en janvier 2018 à Barcelone par la grande Martha Argerich.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /10 : Barbara Auzou – un poème de saison

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /10 : Barbara Auzou – un poème de saison

« L’âme de l’artiste est un tout complexe où se mélangent en proportions infiniment variables les dons du poète, du peintre, du musicien. »

Albert Schweitzer (« J.S. Bach – Le musicien poète »)

Julius Sergius von Klever (1850-1924) – peintre russe d’origine allemande

Une bouffée d’heureuse nostalgie aux senteurs de terre mouillée et de feuilles jaunies, et les arbres du chemin se découvrent pour saluer le passant qui marche vers son enfance perdue.

Un poème de Barbara Auzou et une « petite fugue » de Bach…

Automne XII

La lampe oblique de l’automne s’obstine dans son regard de biais

Derrière un fourré l’espace glisse sous le bâton d’un marcheur qui trace des trouées d’enfance sans dire un mot

Il y a un regain d’odeurs

[…]

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /9 : Keats – « To Autumn »

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /9 : Keats – « To Autumn »

Des six odes écrites par John Keats en 1819, la dernière, l’Ode à l’Automne, considérée par beaucoup comme un sommet de la poésie romantique de langue anglaise, fait figure de testament poétique du grand écrivain, tant elle précède de peu sa disparition.

Depuis la fin de l’été jusqu’aux premiers frimas de l’hiver, l’automne, traversé comme un long jour crépusculaire, offre au poète son foisonnement de largesses et de beautés ; mais jamais cette maturité féconde de la nature ne manque d’évoquer l’inévitable déclin dont elle est le vivant symbole.

« Saison de brumes et de moelleuse profusion,
« Tendre amie du soleil qui porte la maturité, »

[…]

John Keats (1795-1821)

 

Matthew Coulton dit « To Autumn »

Et deux traductions du poème par :

– Robert Davreu

– Albert Laffay

 

* Ici repose celui dont le nom était écrit dans l’eau.
Épitaphe gravée sur la tombe de John Keats conformément à son désir,
et telle qu’il l’a lui-même composée.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /8 : Souvenirs à six cordes

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /8 : Souvenirs à six cordes

Ressouvenir

Ô passé des chants doux ! ô l’autrefois des fleurs !…
Je chante ici le chant des anciennes douleurs.

[…]

Renée Vivien (1877-1909)

Un cocktail mélancolique comme une potion cosmopolite du bonheur :

– Quelques vers languides d’une belle poétesse française,

– Une partition de musique nostalgique d’un compositeur brésilien,

– La délicate virtuosité d’une interprète chinoise…

 … faisant chanter la guitare d’un légendaire maître facteur espagnol.

Xuefei Yang

Lire, voir, écouter, « déguster » la suite . . .