L’entends-tu ?

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

L’entends-tu ?

La voix

« Qui chante là quand toute voix se tait ?
« Qui chante avec cette voix sourde et pure un si beau chant ?
« Serait-ce hors de la ville… »

Philippe Jaccottet

La poésie se joue du temps ! Celle du poète Rückert répond à celle d’un autre poète Jaccottet à travers la musique de Mahler et la voix de José van Dam.

Émotion !!!

Lire, voir, écouter la suite . . .

Et vous, l’aimez-vous…?

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Et vous, l’aimez-vous…?

Wyslawa Szymborska (Pologne 1923-2012)

Certains aiment la poésie

Certains –
donc pas tout le monde.
Même pas la majorité de tout le monde, au contraire.
Et sans compter les écoles, où…

π

[…]

Cette voix sensible, indépendante, qui avait décidé de raconter la vie, tout simplement, en quelques recueils, depuis Cracovie qu’elle ne quitta pour ainsi dire pas, obtint le Prix Nobel de Littérature en 1996…

Lire, voir, écouter la suite . . .

 

Julia Florida

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Julia Florida

« Como queja de tu alma solitaria
« en cuya triste y mística plegaria     

  « florece sin cesar el sentimiento. »

 

La sérénade, l’homme mur que l’on surnommait alors, à juste raison, « le Paganini de la guitare », Agustin Barrios « Mangoré », l’avait certainement donnée à la jeune Julia Florida Martinez, de trente ans sa cadette, mais certainement pas à la manière d’un jeune premier grattant…

Agustin Barrios Mangoré (1885-1944)

Lire, voir, écouter la suite . . .

Quels yeux tes yeux !

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Quels yeux tes yeux !

« Un jour, dans tes yeux
« Je verrais de la poésie, le regard implorant »

Vinicius de Moraes (Rio de Janeiro 1913-1980)

De Rio à Paris, avec Jeanne Moreau et Maria Bethania, un bien beau voyage poétique de fin d’été dans les yeux d’une bienaimée…

Saudade ! Saudade !

Lire, voir, écouter la suite . . .

 

A une passante

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

A une passante

¨Mirror- Portrait par Tigran-Tsitoghdzyan

Il y a comme cela des jours où la poésie nous saute à la gorge sans prévenir, sans pitié.

Que tout à coup la vie décide de nous gratifier, par surprise, sans raison, de la volupté d’un instant exquis, rare, effroyablement court, qui se résume à l’accident heureux d’une insoupçonnable et magnétique rencontre, et…

[…]

Merci, Serge, de dire mes mots ! 

Merci, Charles, de les avoir, hier, écrits !

Merci Madame, belle inconnue, d’avoir ce matin traversé mon chemin !

« Un éclair… puis la nuit ! – Fugitive beauté… »

Lire, voir, écouter la suite . . .

 

« La faille du crépuscule… »

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

« La faille du crépuscule… »

Je le sais, je mourrai au crépuscule, ou le matin ou le soir !
Auquel des deux, avec lequel des deux – ça ne se commande pas !
Ô s’il était possible que mon flambeau s’éteigne deux fois :

Je suis passée sur terre d’un pas de danse ! …

[…]

Marina Tsvétaïéva (1892-1941

 

 

« Il n’a pas retenti de voix plus passionnée que la sienne » (Joseph Brodsky)

 

Lire, voir, écouter la suite. . .