Un chatoyant maillon

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un chatoyant maillon

« Voici ce qui est important : c’est qu’entre le loup au coin du bois et le loup au coin d’une page, il y a comme un chatoyant maillon. Ce maillon, ce prisme, c’est l’art littéraire. »          Vladimir Nabokov (1899-1977)

Nabokov by Youssouf Karsh

Quand Vladimir Nabokov se pose la question de l’origine de la littérature, il y a autant de plaisir à écouter la question qu’à suivre le raisonnement qui conduit à l’évidence.

Tania de Montaigne dit le texte avec justesse et élégance.

ARTE Cinéma, il y a peu, a invité des artistes parmi ceux qui font la vie culturelle française et allemande à réciter des poèmes qui leur tiennent à cœur. La série, intitulée « De la poésie dans un monde de brutes » est une belle réussite. La vidéo de ce billet en est extraite.

Lire, voir, écouter . . .

En montagne libanaise

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

En montagne libanaise

Se souvenir – d’un souvenir d’enfant,
d’un secret royaume qui avait note âge ;
nous ne savions pas lire les présages,
dans ces oiseaux morts au fond de leurs cages,
sur les Monts Liban.

Nadia Tuéni (1935-1983)

Louis LottierVue générale de Beyrouth prise de Wadi Abou Jémil – 1860

Lire, voir, écouter . . .

L’école de la poésie

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

L’école de la poésie

La poésie est une clameur
Elle doit être entendue comme la musique
Toute poésie destinée à n’être que lue
et enfermée dans sa typographie n’est pas finie
Elle ne prend son sexe qu’avec la corde vocale
tout comme le violon prend le sien
avec l’archet qui le touche

Léo Ferré

 

Préface de « Poètes… vos papiers ! » (1956)

Léo Ferré 1916-1993

Lire, voir, écouter . . .

Feuillet d’un capitaine : à propos

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Feuillet d’un capitaine : à propos

« Avant de vous connaître, je me passais de la poésie. Rien de ce qui paraissait ne me concernait. Depuis dix ans au contraire, j’ai en moi une place vide, un creux, que je ne remplis qu’en vous lisant, mais alors jusqu’au bord. »

Albert Camus – dans une lettre à René Char (1946)

George Steiner évoque René Char
(alias « Capitaine Alexandre » dans la résistance)
et le « Feuillet d’Hypnos 138 »

Lire, voir, écouter . . .

 

Il est d’étranges soirs…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Il est d’étranges soirs…

Albert Samain 1858-1900

Il est d’étranges soirs…

Il est de clairs matins…

Il est de mornes jours…

Il est des nuits de doute…

ψ

Jean Chevrier (1915-1975), sociétaire de la Comédie Française,
dit les états d’âme du poète.

Lire, voir, écouter . . .

« Je voudrais pas crever… »

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

« Je voudrais pas crever… »

[…] « Les poètes sont faits pour être entendus. Et ils ont eu tort de quitter la terre nourricière de la parole. On aimerait écrire pour des gens qui ne savent pas lire. Je porte un vif intérêt aux illettrés. »

Géo Norge

Boris Vian

Pierre Brasseur dit « Je voudrais pas crever »

Je voudrais pas crever
Avant d’avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d’argent
Au nid…

Lire, voir, écouter . . .

Le temps – La poésie – Borges

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Le temps – La poésie – Borges

« Je vous propose une citation de Saint-Augustin. Elle me paraît très appropriée.
Il a écrit :
— … Qu’est-ce que le temps ? Si l’on ne me pose pas la question, je sais ce qu’est le temps. Si l’on me pose la question, je ne le sais plus.
J’éprouve un sentiment identique en ce qui concerne la poésie. »

In « Arte poética » – Six conférences – Harvard 1967

Jorge-Luis Borges ((1899-1986)

Borges dit son poème « Arte Poética » :

Mirar el río hecho de tiempo y agua
y recordar que el tiempo es otro río,
saber que nos perdemos como el río
y que los rostros pasan como el agua…

 

Voir que le fleuve est fait de temps et d’eau,
Penser du temps qu’il est un autre fleuve,
Savoir que nous nous perdons comme un fleuve
Et que les destins s’effacent comme l’eau.

Lire, voir, écouter la suite . . .

« Patience dans l’azur »

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

« Patience dans l’azur »

J’étais seul, j’attendais, tout mon cœur attendait.
Un jour j’ai lu Valéry. J’ai su que mon attente était finie.

Rainer Maria Rilke

Jean Dupas (1882-1964)

Palme  (Paul Valéry)

De sa grâce redoutable
Voilant à peine l’éclat,
Un ange met sur ma table
Le pain tendre, le lait plat ;
Il me fait de la paupière
Le signe d’une prière
Qui parle à ma vision : …

Lire, voir, écouter la suite . . .

Demain

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Demain

« Jusqu’à ce qu’un jour dire demain n’ait plus de sens »

Primo Levi – « Si c’est un homme »

Joyce DiDonato (soprano)

Voix céleste, Joyce DiDonato chante « Morgen » de Richard Strauss pour appeler à se poser sur chacun d’entre nous le « silence feutré du bonheur »

Lire, voir, écouter la suite . . .

« Quand les âmes se font chant »

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

« Quand les âmes se font chant »

Élire domicile sur un nuage présente bien des avantages… Cela permet d’y convier, sans contrainte de temps ni d’espace, en un même moment, les âmes qui ont tant à chanter à la nôtre.

François Cheng et Ahmad Jamal ont accepté mon invitation !

Ahmad Jamal – François Cheng

Quand les âmes se font chant,
Le monde d’un coup se souvient.
La nuit s’éveille à son aube ;
Le souffle…

François Cheng

Lire, voir, écouter la suite . . .