Alfonsina : encore et toujours !

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Alfonsina : encore et toujours !

Por la blanda arena que lame el mar
Su pequeña huella no vuelve más
Un sendero solo de pena y silencio llegó
Hasta el agua profunda
Un sendero solo de penas mudas llegó
Hasta la espuma*

Paroles de la chanson « Alfonsina y el mar »

Belle surprise que cette version très touchante de « Alfonsina y el mar » par l’iconique bassiste de jazz Richard Bona et son complice, le pianiste cubain Alfredo Rodiguez depuis la scène du Festival de Jazz de Vienne (Isère), cet été 2021.

Lire, voir, écouter. . . Laisser un sourire sécher une larme !

*Sur le sable fin léché par la mer
Cette petite empreinte qui n’apparaît plus,
Il ne reste qu’un sillage de silence et de peine
Jusque dans l´eau profonde
Un sentier de peines muettes
Qui avance dans l’écume.

Je me laissais glisser vers l’hiver

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Je me laissais glisser vers l’hiver

« mes jours deviennent nuits
« pour rêver plus longtemps
« et je nage éveillé dans ton visage-pluie »

Jean-Pierre Metge

La poésie de Jean-Pierre Metge pour se laisser glisser dans la mélancolie de l’hiver.

Lire, voir, écouter . . .

Confidence en Do mineur

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Confidence en Do mineur

« On manque de superlatifs lorsqu’on écrit sur Berta Rojas, tout a déjà été dit, un nombre incalculable de fois. »

Classical Guitar Magazine

 

Une immense guitariste paraguayenne, Berta Rojas, et une brillante jeune bandonéoniste argentine, Milagros Caliva, réunies à distance autour d’un arrangement pour leurs deux instruments écrit à partir du célèbre Prélude en Do mineur de la légende paraguayenne, le guitariste Agustin Barrios « Mangoré ».

Une improbable rencontre instrumentale entre deux géants de la musique sud-américaine, Agustin Barrios et le bandonéoniste argentin, figure incontournable du tango, Astor Piazzola, imaginée par le compositeur Pinchi Cardozo Ocampo.

Une confidence en Do mineur… En taire le secret serait un péché !

Lire, voir, écouter . . .

‘Le temps perdu’

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

‘Le temps perdu’

Si tu traverses les forêts de mon visage
Et les ronds-points de ma poitrine après minuit
Si tu es pris d’un grand courage
Et t’égares dans mes pays
Au bercement des oies sauvages
N’espère plus trouver ce qui t’avait conquis

[…]

Martine Caplanne

Martine Caplanne met en musique et chante un poème (entre autres) de René-Guy Cadou…

Écouter . . .

Impossible ? Possible !

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Impossible ? Possible !

CENDRILLON
Ma chère Fée, tu pourrais tout changer. Tu pourrais faire que tout arrive.

FÉE
Non, mais tu pourrais tout changer. Tu pourrais faire que tout arrive.

Marie Oppert & Nathalie Dessay – Impossible / it’s possible (Enregistrement)

« Possible »

Mon étendard pour 2022 !

Lire, voir, écouter… c’est possible !

2022 : Heureux « printemps » !

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

2022 : Heureux « printemps » !

Et si le jour de l’an était, après tout, le premier jour du printemps ?
Oh, pas ce printemps que nous indiquent les météorologues et les calendriers, non. Ce printemps qu’évoque si poétiquement Christian Bobin dans sa folie d’optimisme et d’espérance.

Ce printemps qui peut surgir au plus noir de l’année, […] quelque chose qui peut venir à tout moment pour interrompre, briser – et au bout du compte, délivrer.

Ce « printemps », utopique et pourtant si possiblement réel, que sincèrement je vous souhaite – je nous souhaite – à l’occasion de la naissance de cette année, généreux porteur de paix et de véritable renouveau.

Lire, écouter, voir . . .

Rêve au crépuscule

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Rêve au crépuscule

« Le crépuscule du soir, l’heure de tous les accomplissements »

Rainer Maria Rilke

Matthias Goerne (baryton) et Seong-Jin Cho (piano)

Entre soyeux de la voix  et moelleux du toucher, le lied dans sa plus belle expression harmonique…

Matthias Goerne chante « Traum durch die Dämmerung », extrait des  « Trois lieder op.29 » de Richard Strauss.

Lire, voir, écouter… Déguster !

 

Au pied d’un seul arbre XLVII

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Au pied d’un seul arbre XLVII

avec l’âge nous éloignant

de l’emphase

de la vanité des printemps

on ose un buisson d’abandon…

Barbara Auzou

tableau de Peter Severin Kreueyer (peintre Danois 1851-1909)

Balade méditative et poétique de Barbara Auzou entre souvenirs d’enfance et ondulations simples du présent qui discrètement s’effile…

Lire, voir, écouter . . .

Mon rêve de Noël – 1 & 2

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mon rêve de Noël (deux parties)

Just you and I, forever and a day
Love will never die because we’ll keep it that way
Up among the stars we’ll find a harmony of life to a lovely tune
East of the sun and west of the moon

Nicki Parrott (contrebassiste et chanteuse de jazz)

Quand un rêve nous surprend un soir de Noël, la probabilité est faible de le voir se métamorphoser en cauchemar.

Quel que soit l’âge que la vie nous a offert d’atteindre elle ne saurait à aucun moment anéantir la force des illusions et des espérances que notre enfance a édifiées.

Rêver : sans doute notre plus beau chemin de vie !

Joyeux Noël !

Lire, voir, écouter… Et rêver, rêver, rêver comme un enfant.

Toutes les lettres d’amour…

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Toutes les lettres d’amour…

Mas, afinal,
Só as criaturas que nunca escreveram
Cartas de amor
É que são
Ridículas.

Maria de Medeiros & Fernando Pessoa (par Almada Negreiros -1954)

Est-il plus belle et plus élégante manière de rendre hommage à l’universalisme de l’extraordinaire poète portugais, Fernando Pessoa, que cette « lettre d’amour », qu’il a lui-même écrite – en portugais – et que lui adresse, en trois langues, la très talentueuse Maria de Medeiros ?

Lire, voir, écouter . . .