‘Lorsque tu me liras…’

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

‘Lorsque tu me liras…’

« Le Bonheur c’est pas grand chose, c’est juste du chagrin qui se repose. »

Léo Ferré

Léo Ferré – 1916-1993

Lorsque tu me liras, je te regarderai dans le pare-brise,
Tu viendras à moi, tout entière…

Lire, voir, écouter

Mais vieillir… ! – 14 – Ensemble

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mais vieillir… ! – 14 – Ensemble

« Le véritable amour, toujours modeste, n’arrache pas ses faveurs avec audace, il les dérobe avec timidité. […] »

Jean-Jacques Rousseau

Van Dyck – double portrait de couple – 1619

Serge Reggiani, longtemps après Jean-Jacques Rousseau, porte un même juste regard sur le couple qui se continue à travers les ans.

Les valeurs vraies ne subissent pas, au fond, les déprédations du temps qui passe. Elles ne s’altèrent pas, mais s’adaptent aux formes et aux langages des saisons de l’homme.

Lire, écouter  « Le Vieux Couple ». . .

‘Vous m’avez dit…’

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

‘Vous m’avez dit…’

Vous me parliez des temps prochains où nos années,
Comme des fruits trop mûrs, se laisseraient cueillir ;

Couple Luba – Art africain – Congo

Poème de Émile Verhaeren dit sur une musique de Rokia Traoré et des images de statuettes d’Art africain : l’émotion façon patchwork… Mais l’émotion !

Lire, voir, écouter . . .

Ma manière de t’aimer

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Ma manière de t’aimer

« O tempora, o mores ! »

Une douce ballade composée et chantée par Passenger, que je dédie volontiers à ce Paris de jadis que j’ai tant aimé.

Quand on vieillit, « avant » c’est toujours mieux, évidemment. Mais, s’agissant de Paris, même le plus fanatique des jeunes aurait bien du mal à en faire aujourd’hui un éloge sincère…

Passenger – Mike Rosenberg

« The Way That I Love You »

Lire, voir, écouter . . .

« Eu Já Não Sei » (Je ne sais plus)

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

« Eu Já Não Sei » (Je ne sais plus)

Car qui souffre d’amour

Supporte mieux en chantant

Les peines qui battent la poitrine

De G à D : Ricardo Cruz – Roberta Sá – António Zambujo (compositeur) – Yamandú Costa

Fado couleur Brésil…

Écouter, voir . . .

Au pied d’un seul arbre XLVII

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Au pied d’un seul arbre XLVII

avec l’âge nous éloignant

de l’emphase

de la vanité des printemps

on ose un buisson d’abandon…

Barbara Auzou

tableau de Peter Severin Kreueyer (peintre Danois 1851-1909)

Balade méditative et poétique de Barbara Auzou entre souvenirs d’enfance et ondulations simples du présent qui discrètement s’effile…

Lire, voir, écouter . . .

L’amour au temps de… la pandémie

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

L’amour au temps de… la pandémie

Dans le malheur, l’amour devient plus grand et plus noble.’

Gabriel Garcia-Marquez
(« L’amour au temps du choléra » – 1985)

Un émouvant montage-collage d’un youtubeur inconnu en guise de bande-annonce rétrospective du film prémonitoire de David Mackenzie, sorti sur les écrans en 2011, PERFECT SENSE.

Au cœur d’une pandémie mondiale causée par un virus étrange qui entraîne chez les malades qu’il infecte une perte progressive des sens, un cuisinier, privé de facto d’une large part d’activité, et une brillante infectiologue, aussi perplexe qu’engagée, tombent amoureux.

Le vidéaste mixe selon son inspiration propre quelques images du film avec la voix de Shirley Horn chantant une des plus belles réussites du Jazz vocal de son cru, « Here’s to life », qui ne fait en rien partie de la bande son originale.

Émotion garantie à travers un harmonieux souvenir de cette romance cinématographique brièvement revisitée musicalement ici avec justesse et bon goût.

Lire, voir, écouter . . .

 

Mais vieillir…! – 2 – DANCE

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Mais vieillir…! – 2 – DANCE

« En vieillissant, je sens que tout s’en va… et j’aime tout plus passionnément. »

Émile Zola

Susan Sarandon & Danny Glover – Clip-Video « DANCE »

Jean de La Fontaine
—  Je crois qu’on est vieux la première fois…

Le rossignol
—  Qu’on aime ?

Jean de La Fontaine
—  Ah ! Non. La première fois qu’on cesse d’aimer.

Sacha Guitry  – « Jean de La Fontaine » (1916)

Lire, voir, écouter  . . .

Sans fin les nuits d’amour ?

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Sans fin les nuits d’amour ?

« Ah ! nos nuits d’amour, Lucienne ! L’union des corps et des cœurs. L’instant, l’instant unique où on ne sait plus si c’est la chair ou si c’est l’âme qui palpite… »

Jean Anouilh (‘Eurydice‘)

Imma Cuesta

Il n’y a jamais que dans la tendre passion des chansons d’amour que les nuits refusent de finir. Quand l’heure vient de les chanter c’est…

Imma Cuesta, accompagnée par le guitariste et compositeur Javier Limón, chante « Una de esas noches sin final » ainsi qu’ils l’interprètent dans la bande originale du film « Todos lo saben » (Tout le monde le sait) du talentueux réalisateur iranien Asghar Farhadi, en 2018.

Lire, voir, écouter . . .