Je me laissais glisser vers l’hiver

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Je me laissais glisser vers l’hiver

« mes jours deviennent nuits
« pour rêver plus longtemps
« et je nage éveillé dans ton visage-pluie »

Jean-Pierre Metge

La poésie de Jean-Pierre Metge pour se laisser glisser dans la mélancolie de l’hiver.

Lire, voir, écouter . . .

‘Le temps perdu’

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

‘Le temps perdu’

Si tu traverses les forêts de mon visage
Et les ronds-points de ma poitrine après minuit
Si tu es pris d’un grand courage
Et t’égares dans mes pays
Au bercement des oies sauvages
N’espère plus trouver ce qui t’avait conquis

[…]

Martine Caplanne

Martine Caplanne met en musique et chante un poème (entre autres) de René-Guy Cadou…

Écouter . . .

Au pied d’un seul arbre XLVII

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Au pied d’un seul arbre XLVII

avec l’âge nous éloignant

de l’emphase

de la vanité des printemps

on ose un buisson d’abandon…

Barbara Auzou

tableau de Peter Severin Kreueyer (peintre Danois 1851-1909)

Balade méditative et poétique de Barbara Auzou entre souvenirs d’enfance et ondulations simples du présent qui discrètement s’effile…

Lire, voir, écouter . . .

Toutes les lettres d’amour…

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Toutes les lettres d’amour…

Mas, afinal,
Só as criaturas que nunca escreveram
Cartas de amor
É que são
Ridículas.

Maria de Medeiros & Fernando Pessoa (par Almada Negreiros -1954)

Est-il plus belle et plus élégante manière de rendre hommage à l’universalisme de l’extraordinaire poète portugais, Fernando Pessoa, que cette « lettre d’amour », qu’il a lui-même écrite – en portugais – et que lui adresse, en trois langues, la très talentueuse Maria de Medeiros ?

Lire, voir, écouter . . .

Mais vieillir – 5 – « When you are old »

Vient de paraître sur « De Braises et d’Ombre » :

Mais vieillir – 5 – « When you are old »

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

Pierre de Ronsard – Sonnets pour Hélène – 1578

William Butler Yeats (1865-1939)

Le grand poète irlandais, Prix Nobel de Littérature 1923, a un jour choisi de s’inspirer de très près de son illustre prédécesseur français, Pierre de Ronsard. Comme lui, il a composé dans le même esprit ce poème devenu célèbre entre tous, dit aux quatre coins de la planète :

« When you are old ».

Il est toujours aussi bon de l’entendre avec la douceur et la discrétion qu’encouragerait certainement l’auteur. Mais le plaisir se prolonge volontiers dans l’adaptation qu’en proposent de talentueux chanteurs d’aujourd’hui. Ainsi la belle composition et interprétation de Gretchen Peters, en 1996…

Écouter, goûter . . .

Art de perdre, art de vivre

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Art de perdre, art de vivre

« I’d rather be called ‘the 16th poet’ with no reference to my sex, than one of 4 women—even if the other three are pretty good. » (Elizabeth Bishop)

(Je préfère être considérée comme la seizième poétesse sans référence à mon sexe, plutôt que l’une des quatre meilleurEs – même si les trois autres sont particulièrement excellentes.)

Elizabeth Bishop, 1940s; photograph © The Josef and Yaye Breitenbach Charitable Foundation, New York/Josef Breitenbach Archive, Center for Creative Photography, University of Arizona

« Dans l’art de perdre il n’est pas dur de passer maître ;
tant de choses semblent si pleines d’envie
d’être perdues que leur perte n’est pas un désastre. »

Lire, voir, écouter . . .

Pas à pas

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Pas à pas

Pas à pas
par le plus bref trait
par le plus grand cercle
Nous rallierons tout

François Cheng

Ils ne sont pas nombreux les poètes dont la magie des vers nous ouvre les portes des profondeurs insondables en même temps qu’elle nous emporte loin au dessus des sommets les plus hauts.
François Cheng compte sans doute parmi ceux-là à qui le « Tout » a confié ses clefs.

« Pas à pas » : Un poème extrait du recueil « Qui dira notre nuit »…

… pour accompagner le Voyage d’une amie.

Lire, écouter . . .

Jean Grosjean, un regard, une parole…

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Jean Grosjean, un regard, une parole…

Vivre est un chaos. Je pose mon pied sur mes peurs et je vais.
Jean Grosjean (La rumeur des cortèges)

Jean Grosjean 1912-2006

Aucune promenade poétique ne saurait m’être pleinement profitable si elle ne croisait, à un moment ou à un autre, un regard ou une parole de Jean Grosjean.

Lire, voir, écouter . . .

Le chant des oiseaux

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Le chant des oiseaux

Georges Braque – Oiseaux (aquarelle 1962)

« Le chant des oiseaux est le même en forêt et dans les champs ; il est le même devant le wigwam et devant le château… »

Au fond d’un cimetière, Denis Podalydes parle aux oiseaux avec les mots de Victor Hugo.

Sheku Kanneh-Mason, jeune prodige du violoncelle, et ses violoncellistes laissent échapper les mille oiseaux que le grand Pablo Casals a nichés dans leurs instruments…

Lire, voir, écouter . . .