Toqué de toccata /3 – Inséparables

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Toqué de toccata /3 – Inséparables

Affirmant que les plus remarquables exemples de toccata étaient dus à Debussy (dernier mouvement de la suite « Pour le piano » et à Ravel (dernier mouvement de la suite « Le Tombeau de Couperin »), Vladimir Jankélévitch, si tendrement proche du piano, les présentait ainsi :

« Celle du Tombeau de Couperin tourne et travaille comme un moteur et martèle l’ivoire inexorablement, et celle de la suite Pour le piano, plus capricieuse, plus féminine, avec je ne sais quelles mourantes vibrations autour des notes… »

Lire, voir, écouter la suite . . .

Toqué de toccata /2 – Fascination

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Toqué de toccata /2 – Fascination

« If you want to be more than a virtuoso … first you have to be a virtuoso. »

Vladimir Horowitz

Vladimir Horowitz (« Satan au clavier ») 1903-1989

Toccata de Francis Poulenc (Mouvement N° 3 extrait de « Trois pièces pour piano »)

Danger d’explosion !

Détonateur . . .

Toqué de toccata /1 – Envoûtement

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Toqué de toccata /1 – Envoûtement

« Toucher » : pour un pianiste tout est là ! Ainsi la toccata, se montre-t-elle, pour l’interprète, comme un exercice particulier, prétexte à exprimer, non sans une certaine liberté, autant sa propre dextérité que les qualités sonores de l’instrument qui défie sa maîtrise…
Pour le plaisir jubilatoire de l’auditeur, souvent ! Pour la reconnaissance et la gloire du musicien, toujours !

[…]

Premier billet introductif d’une série consacrée au partage de ma toquade pour la « toccata ».

Un voyage heureux à travers les chemins éblouissants, mais escarpés, de la virtuosité pianistique. 

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un prélude arrangé

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un prélude arrangé

Quel fou s’aventurerait-il à dénombrer les partitions sous lesquelles l’ombre de Jean Sébastien Bach, depuis ce triste jour de juillet 1750, ne prend même pas la précaution de se dissimuler ?

Mirana Faiz – Pianiste chypriote-turque

Les musiciens transcripteurs et arrangeurs des œuvres du Cantor de Leipzig sont légions et il n’est pas si rare d’en découvrir un nouveau, totalement inconnu, au détour d’une page internet. La surprise est parfois très heureuse, comme lorsque, il y a peu, j’ai eu le plaisir de rencontrer la talentueuse vidéo d’une jeune pianiste chypriote-turque interprétant l’arrangement par un illustre inconnu du Prélude en Ut mineur du « Clavier bien tempéré » – Livre I.

Belle occasion pour écouter l’original dans une superbe interprétation du « Glenn Gould islandais », Vikingur Olafsson, avant de rejoindre la jeune Mirana Faiz, son vélo, ses pianos et l’arrangement de Luo Ni.

Lire, voir, écouter la suite . . .

« Quand les âmes se font chant »

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

« Quand les âmes se font chant »

Élire domicile sur un nuage présente bien des avantages… Cela permet d’y convier, sans contrainte de temps ni d’espace, en un même moment, les âmes qui ont tant à chanter à la nôtre.

François Cheng et Ahmad Jamal ont accepté mon invitation !

Ahmad Jamal – François Cheng

Quand les âmes se font chant,
Le monde d’un coup se souvient.
La nuit s’éveille à son aube ;
Le souffle…

François Cheng

Lire, voir, écouter la suite . . .

Scènes d’enfants

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Scènes d’enfants

« J’envie cet enfant qui se penche sur l’écriture du soleil, puis s’enfuit vers l’école, balayant de son coquelicot pensums et récompenses. »
René Char – « Fureur et mystère » (1948) –
partie « Feuillets d’Hypnos » (1943-1944)
Gallimard / Poésie – 1962

Petite fille dans une rue de Paris – photographe inconnu

20 novembre :
Journée Internationale de l’Enfance

Au fond, seuls les enfants savent parler de l’enfance. Voilà qui explique sans doute que personne mieux que le poète ou le musicien, qui jamais ne la quittent, ne sait l’évoquer avec autant de pertinence, et autant de beauté.

Ce n’est certes pas un hasard si c’est au plus « enfant » des compositeurs de la musique classique, Robert Schumann, que revient le mérite d’avoir écrit les plus émouvantes partitions sur le thème de l’enfance : « Kinderszenen » (Scènes d’enfants).

Écoutons les, comme un hymne délicat aux joies insouciantes de nos jeunesses perdues, interprétées en janvier 2018 à Barcelone par la grande Martha Argerich.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Un cœur en automne /6 : Mélange élégiaque

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Un cœur en automne /6 : Mélange élégiaque

Mais la tendre Élégie et sa grâce touchante
M’ont séduit. L’Élégie à la voix gémissante,
Au ris mêlé de pleurs, aux longs cheveux épars ;
Belle, levant au ciel ses humides regards.

André Chénier – « Élégie XXXII »

Irina Lankova – pianiste

Amours déçues, vision désespérée du futur, tourments de mort…
Et s’ouvre grand pour l’âme sensible du poète ou du musicien l’intime registre élégiaque.
Fugitive, une lueur de confiance parfois le traverse.

 

Un poème de Goethe, comme une invitation à noyer de nos larmes la plainte apaisée d’un cœur éploré :

« Réconciliation »

 

 

Une composition romantique comme un émouvant appel à fondre notre plus triste soupir dans l’envoûtante mélancolie d’une mélodie de Rachmaninov :

« Élégie », sous les doigts de Irina Lankova.

 

Lire, voir, écouter la suite . . .