Intermezzo : la tendre nostalgie

Il y a bientôt quarante ans Robert Schumann entrait dans sa dernière et plus profonde nuit.

Clara Schumann - 1819-1896

Clara Schumann – 1819-1896

Depuis, Clara, son épouse adorée, n’a jamais cessé d’entretenir avec son cher disparu une chaleureuse intimité au travers des très nombreuses partitions de Robert, qu’elle se plait à lire et relire, à classer, et, pianiste exceptionnelle qu’elle est, à jouer, pour elle-même ou pour ses enfants, désormais.

Voilà deux ans que Clara ne se produit plus sur les scènes de France, d’Angleterre ou de Russie, qui la réclament tant ; elle a arrêté d’enseigner au Conservatoire de Francfort, et termine en ce moment une édition complète des œuvres de son génial époux, tout en composant encore quelque peu.

Il faut dire qu’en cette année 1893, elle approche les 74 ans. Il est loin le temps où elle défendait avec ardeur les conceptions musicales traditionalistes de Johannes Brahms, face aux modernistes lisztiens.

Johannes Brahms - 1833-1897

Johannes Brahms – 1833-1897

Brahms n’a qu’une soixantaine d’années.

Depuis sa rencontre avec les Schumann en 1853 à Düsseldorf , Johannes, qui voue à Robert à la fois une profonde reconnaissance, vite devenue véritable amitié et une réelle admiration, est fasciné par Clara ; amoureux, discret mais constant, de la belle personne qu’elle est – toutes acceptions confondues.

Dès les premières années, le jeune Brahms, à qui elle avait autorisé le tutoiement, lui écrivait déjà :  » Tes lettres sont pour moi comme des baisers « . Et lucide, quelques années plus tard, s’étant résigné à l’idée qu’il ne prendrait jamais la place de Robert dans le cœur de  » sa  » Clara :  » Les passions doivent vite s’éteindre, ou alors il faut les chasser «  .

Peu de temps avant d’entrer dans la maladie qui lui sera fatale, Brahms, en cette année 1893, dédie à celle qui jamais n’aura quitté son cœur, six pièces pour piano, (Sechs Klavierstücke), qui portent le numéro d’opus 118.

La deuxième de ces pièces, un Intermezzo parmi les quatre contenus dans cet ensemble, est précédée de la mention  » Andante teneramente «  (Andante tendrement). Le pianiste sait ainsi tout ce qu’il doit savoir…

Que de tendresse dans les confessions intimes que Johannes fait ici à Clara. Pour parler de cette musique, peut-être la plus dense et la plus chargée d’émotion, que le compositeur a écrite, il faudrait employer le ton du secret. Tout, dans les pastels de la polyphonie et dans le rythme alangui du phrasé, appelle au souvenir délicatement nostalgique, d’une ancienne histoire d’amour qui ne saurait finir. Tout l’amour d’une vie dans son écrin de tendresse, d’élans intenses, d’extases pudiquement retenues, et de regrets aussi, s’y trouve exprimé, avec douceur. Ultime confidence susurrée au creux d’une oreille, comme un tendre baiser déposé juste avant un long sommeil.

Que d’amour sincère et mélancolique dans les délicates harmonies de ces pages !

Comment ne pas s’étonner de découvrir chez ce jeune pianiste néerlandais d’une vingtaine d’années à peine, Arthur Jussen, autant de maturité capable d’éclairer avec autant de justesse la palette d’émotions rassemblées dans cet Intermezzo au terme d’une vie aussi riche et aussi dense que celle de Johannes Brahms ?

Mais aussi, comment ne pas s’émerveiller ?

La nuit 7 – Le vœu des amants

La nuit

Nuit sainte, les amants ne vous ont pas connue
Autant que les époux. C’est le mystique espoir
De ceux qui tristement s’aiment de l’aube au soir,
D’être ensemble enlacés sous votre sombre nue.

Comme un plus ténébreux et profond sacrement,
Ils convoitent cette heure interdite et secrète
Où l’animale ardeur s’avive et puis s’arrête
Dans un universel et long apaisement.

C’est le vœu le plus pur de ces pauvres complices
Dont la tendre unité ne doit pas s’avouer,
De surprendre parfois votre austère justice,
Et d’endormir parmi votre ombre protectrice
Leur amour somptueux, humble et désapprouvé…

Anna de Noailles  (Recueil : « Les forces éternelles » – 1920)

Un clic sur un tableau ouvre la galerie

Souviens-toi quand…

 » Dante, pourquoi dis-tu qu’il n’est pire misère
Qu’un souvenir heureux dans les jours de douleur ?
Quel chagrin t’a dicté cette parole amère,
Cette offense au malheur ? « 

                                             Alfred de Musset (Souvenir)

Remember when…

C’est d’abord le titre d’une jolie chanson écrite et interprétée par un artiste incontournable de la musique « Country » américaine.

C’est aussi le titre de la très touchante vidéo d’animation que les studios Pixar (Disney) ont réalisée pour illustrer les paroles de la chanson.

Images simples, sans prétention, sensibles, naïves au goût de certains, mais chargées d’une saine émotion soutenue par la tendre mélodie et la voix caressante d’Alan Jackson.

Tout y semble si réel… Si poétique aussi!

Souviens-toi quand
J’étais jeune
Et toi aussi
Le temps semblait tranquille
Et l’amour était tout ce que nous possédions
Tu étais la première
Et j’étais le premier
Nous avons fait l’amour
Et puis tu as pleuré
Souviens-toi quand…

Souviens-toi quand
Nous avons fait des vœux
Nous nous sommes promenés
Avons échangé nos cœurs
Pris ensemble un départ
Oui c’était difficile
Nous avons vécu et appris
La vie nous a donné des soucis
Nous avons connu des joies
Bien des difficultés aussi
Souviens-toi quand…

Souviens-toi quand
Nos anciens sont morts
Quand nos enfants sont nés
Comme la vie changeait alors
Détruits, réconfortés
Nous nous sommes retrouvés
Éclatés en morceaux
Et nos cœurs brisés
Souviens-toi quand…

Souviens-toi quand
Le bruit des petits pas
Était notre musique
Nous dansions
Semaine après semaine
L’amour était revenu
La confiance rétablie
Promise à ne plus être abandonnée
Souviens-toi quand…

Souviens- toi quand
La trentaine semblait si vieille
Maintenant regarde en arrière
Il n’y a qu’un pas
Jusqu’à aujourd’hui
Ce jour-là nous nous sommes
Dit que nous referions pareil
Souviens-toi quand…

Souviens-toi quand
Nous avons imaginé
Nos cheveux grisonnants
Que les enfants
Grandiraient et partiraient
Que nous ne serions pas tristes
Que nous serions très heureux
Pour toute la vie que nous aurions
Et dont nous nous souviendrons quand…
Souviens-toi quand…

Ω

Et plus tard, quand il ne reste plus de place dans le cœur que pour les souvenirs…

Ω

 » Je me dis seulement :  » À cette heure, en ce lieu,
Un jour, je fus aimé, j’aimais, elle était belle. « 
J’enfouis ce trésor dans mon âme immortelle,
Et je l’emporte à Dieu ! « 

                                               Alfred de Musset (Souvenir)

Ω Ω Ω

Ombra mai fu…

Haendel

Georg-Friedrich Haendel (1685-1759)

 » Le destin vous sourit ! 

Que le tonnerre, l’éclair et la tempête 

Ne troublent jamais votre précieuse paix, 

Et le rapace vent du sud 

Ne vienne pas non plus vous violenter ! 

Jamais l’ombre d’aucun arbre 

Ne fut plus douce, plus précieuse, 

Plus agréable !  »

« Ombra mai fu
di vegetabile,
cara ed amabile,
soave più. »

Comme on ne saurait se lasser de la douceur de l’ombre du grand platane sous lequel on vient chercher la paix et le repos, on ne se lasse pas de s’abandonner à le tendre mélodie du très célèbre« Largo de Haendel ». Et lorsque d’une caresse de sa voix, Cecilia Bartoli fait frissonner les feuilles…

« Ombra mai fu » est la première aria que nous offre Haendel dans son opéra, « Serse » –  une de ses dernières compositions du genre – vaguement inspirée de la vie de Xerxès I, roi de Perse à la fin du Vème siècle. C’est un chant d’amour que le roi dédie à un vieux platane. Mais, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer à priori, ce n’est pas à la voix grave et sonore d’un puissant monarque habitué à ordonner que cet air est confié, mais au tremolo délicat de celle, haut perchée d’un castrat, ou d’une soprano.

Les contre-ténors ayant repris le répertoire des castrats désormais disparus – faute, sans doute, de pouvoir se reproduire – accordons-nous un bis avec l’un de leurs plus brillants représentants, Andreas Scholl… pour entendre la différence… et surtout, avouons-le, pour doubler notre plaisir.

Sourires de souris

Jerry souris

Pour ajouter encore au plaisir que vos mails ont exprimé à la suite du billet Quand Tom n’est pas là… Hiromi swingue  (et au mien, évidemment!)…

Et en manière de clin d’œil complice et de sourire tendre, en ce jour de « fête des mères »,  à la mienne qui se cache là-haut dans la lumière bleue… et qui était – c’est peu de le dire – phobique des souris.

« The Tom & Jerry show » par Hiromi Uehara… et son sourire qui communique autant de tonus que sa musique. (Je crois qu’elle est aussi la compositrice du morceau)

« Love and laughter » (Amour et rire) : De circonstance, non?

Dans ses yeux

Elle avait dans ses yeux d’enfant
Autant d’Avril que de Décembre
Autant de flamme que de cendre
Autant d’hiver que de printemps

Elle avait dans ses yeux changeants
Autant de soleil que de neige
Autant d’Islam que de Norvège
Autant d’Orient que d’Occident
Autant d’Orient que d’Occident

Elle avait dans son rire clair
Autant de joie que de tristesse,
Autant d’espoir que de détresse
Autant d’étoile que d’éclair

Elle avait dans ses yeux vraiment
Autant de chaleur que de glace
Autant de vide que d’espace
Autant d’espace que de temps

[Elle est venue des bords du Doubs
Enflammer mon cœur d’amadou
Elle a changé dans ma maison
Le cours indolent des saisons]

J’ai vécu dans ses yeux d’enfant
Autant de Juin que de Septembre,
Autant de roux que de bleu tendre
Autant d’Automne que d’Été

J’ai vécu dans ses yeux changeants
Un compromis de diable et d’ange
Dans un voluptueux mélange
De mensonge et de vérité
De mensonge et de vérité

Je suis né pour croire aux miracles
Et je cherche ma part de Dieu
De Tabernacle en Tabernacle
Quand parfois le miracle a lieu

J’ai trouvé dans ses yeux d’enfant
Autant d’extase que d’ivresse
Autant d’amour que de tendresse
Autant de joie que de tourment

                                                                   Jean Drejac pour Serge Reggiani

Écusson musical : Bacchianas brasilieras N°5 – Villa-Lobos