Sur les Champs

Pour le plaisir, simplement pour 2 minutes 16 de plaisir, une des plus belles scènes d’amour du cinéma. Une scène d’orgie en vérité où des images en noir et blanc se font lascivement caresser par les divagations sensuelles d’une trompette à la tombée du jour sur les Champs Élysées.

Raffinement des sens :

Louis Malle à la réalisation (c’est son premier long métrage)

Jeanne Moreau (alias Madame Tavernier) pour traverser le Paris de 1958 devant la caméra d’Henri Decae

Miles Davis à la trompette. Miles et ses musiciens ont enregistré la bande son du film en quelques heures seulement sans préparation.

« Ascenseur pour l’échafaud », évidemment!

On ne s’en lasse pas.

L’affaire Thomas Crown

Thomas Crown affiche

Quel film!

1968 (eh oui, j’étais vraiment plus jeune). Les rues de Paris étaient animées…

Faye Dunaway – Steve Mc Queen – Réalisation de Norman Jewison – Musique de Michel Legrand.

Déjà vu mille fois, et chaque fois avec le même plaisir. J’attends chaque image, chaque clignement de cils, chaque note de musique. Je sais à la seconde près le plan suivant et quand il survient, toujours la même surprise; la séduction est totale, le rêve intact. Ce film me rend fidèlement, à chaque projection, mes émotions de jeunesse. Il a 45 ans! Quarante cinq ans!…

La partie d’échecs : une des plus belles scènes d’amour du cinéma. Décor, ambiance, situation ambigüe,  irrésistible attirance de deux êtres, beaux, à l’esprit affûté ; combat du prédateur et de la proie sans que l’on sache vraiment qui chasse qui. Et toujours au premier plan la fascination hypnotique et réciproque de l’un pour l’autre. Le terrain de ce redoutable affrontement, l’échiquier ; pouvait-on mieux choisir? Sur ce théâtre d’opération où les pièges ne se comptent plus, comme dans un reportage animalier, le cinéaste traque le geste qui trahit la pensée, le regard qui traduit l’intention. Pour les sens aiguisés à l’extrême de l’animal captivé, un frémissement subtile de l’épiderme de son adversaire en dit plus long en une fraction de seconde que cent heures d’attention. Pour soutenir ce drame du désir, sans mot, éternelle rivalité entre deux frères ennemis, Eros et Thanatos, la musique de Michel Legrand…

Mais si vous écoutiez plutôt, si vous regardiez… Vous avez déjà vu la scène 432 fois! Alors encore une, pour le plaisir… Cliquerez-vous encore? Et encore…?