Ya – Golos’ Vash (Pour eux tous)

Peintures : Valentin Aleksandrovich Serov (1865-1911)

Pour eux tous

Je suis votre voix, la chaleur de votre souffle,
Je suis le reflet de votre visage,
Il est vain d’agiter des ailes sans force.
Tant pis, je suis avec vous jusqu’au bout.

Voilà pourquoi vous m’aimez d’un tel amour
Dans mon péché et dans mon impuissance ;
Voilà pourquoi, sans y réfléchir
Vous m’avez donné le meilleur de vos fils ;
Voilà pourquoi vous n’avez jamais demandé
Que je dise un mot sur lui
Et pourquoi vous avez enfumé par vos louanges
Ma maison à jamais vide.
On dit qu’il n’est pas d’union plus étroite
Pas d’amour qui égare plus sûrement…

Comme l’ombre veut se séparer du corps,
Comme la chair veut s’arracher à l’âme,
Je veux maintenant être oubliée.

Septembre 1922

Anna Akhmatova (En marge de « Anno Domini »)

Requiem - Akhmatova

Adieu Maestro!

Triste jour!

Le monde de la musique, le monde entier, vient de perdre un homme exceptionnel : l’immense chef d’orchestre Claudio Abbado est mort. La maladie a fini par épuiser le courage et les énergies qui soutenaient le maestro dans l’incessant combat qu’il menait avec détermination contre elle depuis de nombreuses années.

Claudio Abbado (1933-2014)

Claudio Abbado (1933-2014)

La presse internationale unanime salue avec le respect et la reconnaissance qu’il mérite, le génie de ce serviteur farouche et généreux de la musique. Loin des effets médiatiques, Claudio Abbado, engagé sans limite dans sa passion, aura donné leurs plus belles couleurs aux partitions des illustres compositeurs du passé, autant qu’il aura présenté et ardemment défendu  les compositions contemporaines.

Par un exceptionnel charisme et une verve poétique toute personnelle, il a su séduire tous les musiciens qu’il a dirigés, même les plus réfractaires au changement, ancrés dans de vieilles traditions. Autant au Wiener Staatsoper, à La Scala de Milan, au London Symphonic Orchestra, au Berliner Philharmoniker ou plus récemment au Gustav Mahler Jugendorchester, il aura par sa puissance de travail, sa profonde connaissance des œuvres et sa naturelle empathie, conduit chaque instrumentiste à se fondre dans le groupe, sans s’y perdre, pour qu’ensemble ils façonnent chaque interprétation dans une pâte sonore unique.

Quelque que fût l’œuvre, symphonie, concerto, musique chorale ou opéra, Claudio Abbado avait coutume de la diriger sans partition, infiniment confiant à la fois dans son extraordinaire mémoire et dans la qualité du travail de ses musiciens.

La partition de la vie de ce magnifique chef vient de recevoir sa « double barre ».

Plus que jamais sans doute nous écouterons et redécouvrirons ses très nombreux enregistrements audio ou vidéo, avec un bonheur sans cesse renouvelé, même empreint d’une inévitable nostalgie.

Triste jour! Vraiment!

ƒƒƒƒ

Mozart – Requiem (Lacrimosa) Orchestre du Festival de Lucerne – 2012

ƒƒƒƒ

Mahler – Symphonie N°5 (Adagietto) – Festival de Lucerne 2004