« Orphée l’Admirable »

Vient de paraître sur   « De braises et d’ombre » :

« Orphée l’Admirable »

sir-william-blake-richmond-orphee-revenant-des-enfers-1885

Sir William Blake Richmond – Orphée revenant des Enfers – 1885

Poème de Paul Valéry (« Album de vers anciens » – 1920)

Orphée

… Je compose en esprit, sous les myrtes, Orphée
L’Admirable !… le feu, des cirques purs descend ;
Il change le mont chauve en auguste trophée
D’où s’exhale d’un…

Lire, voir, écouter la suite . . .

AVE

« Ce qui ne peut devenir nuit ou flamme, il faut le taire. »    Catherine Pozzi

Catherine Pozzi par Paul Valéry -1927

Catherine Pozzi par Paul Valéry -1927

AVE

Très haut amour, s’il se peut que je meure
Sans avoir su d’où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps, en quelle heure
Je vous aimais,

Très haut amour qui passez la mémoire,
Feu sans foyer dont j’ai fait tout mon jour,
En quel destin vous traciez mon histoire,
En quel sommeil se voyait votre gloire,
Ô mon séjour…

Quand je serai pour moi-même perdue
Et divisée à l’abîme infini,
Infiniment, quand je serai rompue,
Quand le présent dont je suis revêtue
Aura trahi,

Par l’univers en mille corps brisée,
De mille instants non rassemblés encor,
De cendre aux cieux jusqu’au néant vannée,
Vous referez pour une étrange année
Un seul trésor

Vous referez mon nom et mon image
De mille corps emportés par le jour,
Vive unité sans nom et sans visage,
Cœur de l’esprit, O centre du mirage
Très haut amour.

Catherine Pozzi

 ♦

Hier, un de mes amis*, au milieu des bruyants et futiles débats qui opposaient quelques membres agités de l’assemblée annuelle d’un club que nous fréquentons – contexte fort éloigné de la poésie et des choses de l’esprit, il me le concèdera sans doute – me demandait si je connaissais la poésie de Catherine Pozzi. Ce nom bourdonnait dans ma mémoire, évoquant une émotion diffuse et lointaine mais réelle, une impression confuse de connu certes, mais, les neurones entremêlés, je demeurais incapable de répondre, ni par la négative qui aurait été en contradiction avec ma sensation profonde, ni par l’affirmative, impuissant que j’étais à sortir l’auteure du trou noir dans lequel l’avait enfouie l’Alzheimer qui chaque jour toque, semble-t-il, un peu plus fort à ma cervelle.

De retour chez moi en fin de soirée, je me précipitai sur le rayon poésie de ma bibliothèque, mon préféré, et quelques secondes plus tard tenais entre mes mains le livre qui me fit m’écrier à la manière d’un certain commissaire Bourrel juste après sa découverte de l’eau chaude : « Bon sang, mais c’est bien sûr ! »

Catherine Pozzi - Très haut amour

Comme je m’en veux d’avoir oublié cette « belle ombre brune se glissant dans les lettres de Rilke, et les draps de Valéry », selon le juste raccourci de Gilles Pressnitzer. Car c’est incontestablement à ces princes de la poésie, pour qui je nourris tant d’admiration, que je dois le plaisir d’avoir un jour – pas si lointain pourtant – découvert les six poèmes qui constituent l’essentiel de l’œuvre poétique de Catherine Pozzi. Pour le reste, il convient d’aller chercher dans le journal intime de l’auteure ou dans sa correspondance les traces d’une « poésie perdue » comme l’ont fait Claire Paulhan et Lawrence Joseph dans leur lecture attentive des écrits de cette « grande jeune femme, gracieuse et laide » (Jean Paulhan), orgueilleuse et intransigeante, avide d’absolu et de croyance.

Ces six poèmes ( VALE, AVE, NOVA, SCOPOLAMINE, MAYA et NYX ) sont publiés en 1935, un an environ après la disparition de Catherine Pozzi. Elle avait consenti peu avant son décès à ce qu’on en fît une plaquette, « Sapho n’a pas traversé le temps avec plus de mots », écrivait-elle à ce propos dans son journal le 7 novembre 1934.

Catherine Pozzi (13 juillet 1882-3 décembre1934)

Catherine Pozzi (13 juillet 1882-3 décembre1934)

Sa liaison amoureuse avec Paul Valéry, partagée depuis ses débuts en 1920 entre tumulte ravageur et douleur, avait pris fin en 1928. C’est certainement en raison de cette relation avec l’inoubliable poète du « Cimetière marin » que les ouvrages de la très pudique Catherine Pozzi ne se sont pas perdus dans les rayonnages poussiéreux des bibliothèques ; son journal, pourtant, aurait dû suffire à les y maintenir en bonne place. Mais voulait-elle vraiment être reconnue, elle qui écrivait, s’agissant de la diariste originale qu’elle était : « Qui écrit cela ? Ce n’est personne. » ?

Comme je m’en veux d’avoir oublié « AVE », ne serait-ce que pour la ferveur des trois premiers mots de cette magnifique imploration :

« Très haut amour »

♦♦♦

* Mon cher Jean-Paul, je te devais ce billet comme une réponse… tardive.

Longueur d’un jour…

François-Louis Français - Effet de lumière au crépuscule

François-Louis Français – Effet de lumière au crépuscule

Longueur d’un jour sans vous, sans toi, sans Tu, sans Nous,
Sans que ma main sur tes genoux
Allant, venant, te parle à sa manière,
Sans que l’autre, dans la crinière
Dont j’adore presser la puissance des crins,
Gratte amoureusement la tête que je crains…
Longueur d’un jour sans que nos fronts que tout rapproche
Même l’idée amère et l’ombre du reproche
Sans que nos fronts aient fait échange de leurs yeux,
Les miens buvant les tiens, tes beaux mystérieux,
Et les tiens dans les miens voyant lumière et larmes…
Ô trop long jour… J’ai mal. Mon esprit n’a plus d’armes
Et si tu n’es pas là, tout près de moi, la mort
Me devient familière et sourdement me mord.
Je suis entr’elle et toi ; je le sens à tout heure.
Il dépend de ton cœur que je vive ou je meure
Tu le sais à présent, si tu doutas jamais
Que je puisse mourir par celle que j’aimais,
Car tu fis de mon âme une feuille qui tremble
Comme celle du saule, hélas, qu’hier ensemble
Nous regardions flotter devant nos yeux d’amour,
Dans la tendresse d’or de la chute du jour…

22 mai 1945

Paul Valéry (1871-1945) – Corona et Coronilla

Accompagnement musical : Élégie Opus 3 N°1 – Sergeï Rachmaninov

Et un peu plus sur « Corona et Coronilla » et sur le grand amour de Paul Valéry pour Jeanne Loviton (alias Jean Voilier) : un recueil rare de poésies amoureuses, fraîches et sensuelles à la fois, qui confinent souvent au sublime. Un autre regard, assurément, sur un des plus grands maîtres de notre belle littérature.

Narcisse

Hélas ! L’image est vaine et les pleurs éternels !

[…]

Voici dans l’eau ma chair de lune et de rosée,
Ô forme obéissante à mes yeux opposée !
Voici mes bras d’argent dont les gestes sont purs !…
Mes lentes mains dans l’or adorable se lassent
D’appeler ce captif que les feuilles enlacent,
Et je crie aux échos les noms des dieux obscurs !…

Paul Valéry (extraits de « Narcisse parle » in « Album de vers anciens »)

La nuit 9 – Dormeuse

Michel-Ange - La Notte (Église San Lorenzo, Florence)

Michel-Ange – La Notte (Église San Lorenzo, Florence)

La dormeuse

Quels secrets dans son cœur brûle ma jeune amie,
Âme par le doux masque aspirant une fleur?
De quels vains aliments sa naïve chaleur
Fait ce rayonnement d’une femme endormie?

Souffle, songes, silence, invincible accalmie,
Tu triomphes, ô paix plus puissante qu’un pleur,
Quand de ce plein sommeil l’onde grave et l’ampleur
Conspirent sur le sein d’une telle ennemie.

Dormeuse, amas doré d’ombres et d’abandons,
Ton repos redoutable est chargé de tels dons,
O biche avec langueur longue auprès d’une grappe,

Que malgré l’âme absente, occupée aux enfers,
Ta forme au ventre pur qu’un bras fluide drape,
Veille ; ta forme veille, et mes yeux sont ouverts.

Paul Valéry

Un clic sur un tableau ouvre la galerie

« Le son m’enfante… »

Pour marquer mon dernier voyage de cette courte année chez mes amis « Les Cosaques »  je voulais que la perle musicale que j’y déposerais exprimât avant tout le sentiment d’une profonde humanité qu’aucune frontière ne retînt.

Il fallait que le poème, la musique, l’interprète et son message fusionnassent en une émotion unique, forte, juste, qui, sans détour, au-delà du langage, pût sensuellement pénétrer l’âme de chacun.

Je désirais enfin que cette perle servît d’illustration à ce vers du « Cimetière marin » de Paul Valéry  :  « Le son m’enfante et la flèche me tue »  ; afin qu’à l’orée et à l’instar d’une nouvelle année, elle nous fasse à la fois naître et mourir… pour qu’ensemble nous renaissions de son partage, au moins le temps d’un frisson.

Buika03J’ai donc déposé sur cette page des « Cosaques », une perle noire, de culture arlequine, qui laisse échapper de son écrin les accents magiques et indéfinissables d’une âme en permanente errance entre naître et mourir : le « duende ».

 

« Oro santo »

Cliquez sur le titre ci-dessus