Lou

Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Le 6 décembre 1914, un jeune homme de 34 ans, polonais ayant demandé sa naturalisation à l’administration française, s’engage sous les drapeaux. Son nom : Wilhelm Kostrovicky devenu Guillaume Apollinaire.

A partir du début 1915, il entretient avec celle qu’il surnomme Lou, Louise de Coligny-Chatillon, rencontrée quelques mois auparavant à Nice, et dont il est totalement épris, une abondante et impudique correspondance. Moins abondantes et moins enflammées sont les réponses de Lou, « indomptable au sang bleu » – comme la qualifie Michel Décaudin dans sa préface chez « Poésies/Gallimard. Insaisissable et intrigante  elle ne nourrit pas à l’égard de cet amant passionné le même zèle amoureux, tant s’en faut.

Cet amour se résoudra à sa fulgurance : en mars 1915 les amants conviennent de se séparer. non sans se promettre de rester des amis…

De cette passion il nous reste le trésor poétique que constitue ce recueil, « Poèmes à Lou », regroupant les parties en vers de cette correspondance amoureuse qui, lorsqu’elle fut rassemblée en 1947, avait été intitulée « Ombre de mon amour ».

Lou - Louise de Coligny-Chatillon

Lou – Louise de Coligny-Chatillon

Même fasciné par l’esthétique de la guerre qu’il vit aux premières loges, l’artilleur Apollinaire ressent ce profond besoin de demeurer poète malgré les souffrances et les horreurs des combats. Cette correspondance lui en donne l’occasion, et, utilisant avec facilité les multiples facettes de son art, le réinventant parfois, le poète glisse, comme sur une houle souple, du vers à la prose.

Voilà déjà longtemps que Jean-Louis Trintignant ne manque pas une opportunité de servir le poète, et de nous faire partager ses vers et ses émois.

Ne boudons pas notre plaisir :