Méditations

Cheng - Méditations mort

Quand se tait soudain le chant du loriot
L’espace est empli de choses qui meurent
Tombant en cascade un long filet d’eau
Ouvre les rochers de la profondeur
Le vallon s’écoute et entend l’écho
D’ immémoriaux battements de cœur

Ne laisse en ce lieu, passant
Ni les trésors de ton corps
Ni les dons de ton esprit
Mais quelques traces de tes pas

Afin qu’un jour le grand vent
A ton rythme s’initie
A ton silence, à ton cri,
Et fixe enfin ton chemin

François Cheng

François Cheng – Calligraphe, écrivain, poète… et académicien.