Pour Madeleine

Pour Madeleine

qui ne lira pas ce billet,

qui n’écoutera pas ces splendides voix,

qui n’est pas gaie,

qui ne vit pas,

et dont je voudrais tant, une seule fois au moins, entendre les tripes gueuler les titres de ces deux airs célèbres :

« Glitter and be gay! » (Que ça brille et sois gaie!)

« Je veux vivre…! »

Pour Madeleine

à qui je souhaite fraternellement d’entrevoir – rêve désespéré –  un instant seulement le chemin vers son « inaccessible étoile ».

ψ

 

Glitter and be gay! (Leonard Bernstein – Candide)

C’est un extrait de l’opérette de Léonard Bernstein, Candide, très inspirée du conte éponyme de Voltaire qui exprimait à travers lui, après le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, son puissant refus de l’optimisme outré de son époque où fleurissaient à foison les catastrophes, les guerres et l’inquisition.  (Le monde, jadis, était-il si différent du nôtre?)

Candide est chassé du château où il est hébergé, pour avoir imité avec Cunégonde, la fille du Baron, les jeux particuliers que pratiquaient son maître de philosophie, Pangloss, et la jeune servante de la baronne.

Après une série de péripéties tragiques, Candide retrouve Pangloss devenu misérable à cause de la maladie peu avouable qu’il a reçue de la jolie servante, et part avec lui à Paris. Il y retrouve Cunégonde qui est devenue à la fois la maitresse du Cardinal de Paris et celle d’un riche marchand juif.

Elle chante sa déchéance et sa fortune avec grâce et… humour :

Pas dans la boîte les diamants… Dans la voix!

La gaité? Dans la salle, partout!

C’est la partie que je joue
Ici, je suis à Paris, en France
Forcée de plier mon âme
A un rôle sordide
Victime d’amères, amères circonstances
Hélas pour moi, j’ai dû rester auprès de Madame ma mère
Ma vertu est resté sans tache
Jusqu’à ce que ma main de jeune fille soit prise par certains grand-ducs,
Ou autres

Ah, la vie n’était pas simple
La dure nécessité
M’a conduite dans cette cage dorée
J’étais vouée à des choses plus élevées
Ici, je replie mes ailes
En chantant ma peine
Rien ne peut l’apaiser

Et pourtant, bien sûr, j’aime assez me régaler, ha, ha!
Je n’ai aucune objection pour le champagne, ha, ha
Ma garde-robe est chère comme le diable, ha, ha
Peut-être que c’est ignoble de se plaindre?
Assez, assez,
De verser des larmes
Je vais vous montrer ma noble énergie
En étant lumineuse et agréable

Ha, Ha, Ha –

Perles et bagues de rubis
Ah, comment les choses du monde prennent la place de l’honneur perdu?
Sauraient-elles compenser ma déchéance par leur terrible prix

Bracelets, lavalieres, peuvent-ils sécher mes larmes?
Peuvent-ils aveugler mon regard de honte!
Le brillant des broches m’épargnera-t-il tout reproche?
Le plus pur diamant peut-il purifier mon nom?

Et pourtant, bien sûr, ces bijoux sont attachants, ha, ha!
Je suis si heureuse mon saphir est une étoile, ha, ha.
J’aime assez une boucle d’oreille de 20 carats, ha, ha!
Si je ne suis pas pure, au moins mes bijoux le sont

Assez, assez, je vais prendre ce collier de diamants
Et de montrer ma noble énergie
En étant gai et insouciante!
Ha, Ha, Ha!

Voyez comme bravement je cache la honte terrible qui est la mienne!

ψ

Je veux vivre…!  (La valse de Juliette in « Roméo et Juliette » de Gounod)

JULIETTE
Ah!
Je veux vivre
Dans ce rêve qui m’enivre;
Ce jour encore,
Douce flamme,
Je te garde dans mon âme
Comme un trésor!
Cette ivresse
De jeunesse
Ne dure, hélas! qu’un jour!
Puis vient l’heure
Où l’on pleure,
Le cœur cède à l’amour,
Et le bonheur fuit sans retour.
Je veux vivre, etc
Loin de l’hiver morose
Laisse-moi sommeiller
Et respirer la rose
Avant de l’effeuiller.
Ah!
Douce flamme,
Reste dans mon âme
Comme un doux trésor
Longtemps encore!

ψ

Pour Madeleine…

Pour nous tous,

les voeux de cette prière profane :

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir
Et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer
Et d’oublier ce qu’il faut oublier,
Je vous souhaite des passions,
Je vous souhaite des silences,
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil
Et des rires d’enfants,
Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
A l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque,
Je vous souhaite d’être vous…

 Jacques Brel

Marina et Elena

Si, comme moi, votre sensibilité est à fleur de peau, permettez-moi de vous recommander de ne pas continuer la lecture de ce billet, sans vous être muni au préalable, d’un petit gilet : le frisson guette!

L’émotion est toujours vive quand on lit un poème de Marina Tsvetaeva, cette troublante poétesse russe dont son compatriote, prix Nobel de littérature 1987, Joseph Brodsky, dira qu’ « aucune voix n’a retenti plus passionnée que la sienne ». Mais quand on entend sa poésie chantée par Elena Frolova s’accompagnant de sa guitare… il fait un peu froid, le poil se dresse et l’œil s’embrume.

La poésie de cette « petite souris grise du malheur » – comme la surnomme tendrement Gilles Pressnitzer – a déjà par le passé inspiré les compositeurs russes parmi lesquels Sofia Goubaïdoulina et Dimitri Chostakovitch, et se révèle particulièrement difficile à mettre en musique. Voilà qui flattera encore, si besoin était, la réussite d’Elena Frolova.

Frolova - Tsetaeva

Il y a quelques jours à peine je découvrais ce CD. Je n’écoute plus rien d’autre depuis. Alors j’ai, évidemment, décidé de partager ce plaisir avec vous. Et j’ai fouillé la toile, ne voulant pas me contenter de mettre pauvrement en ligne un lecteur audio avec une ou deux plages du disque.

Voici les deux vidéos que j’ai sélectionnées ; l’image, pourtant pas en liaison directe avec le texte, accompagne toutefois avec bonheur la voix et la poésie qu’elle transmet.

&

Ce premier montage est réalisé par une jeune femme russe que je remercie deux fois : d’abord pour la mise en ligne de cette vidéo, ensuite pour m’avoir fait découvrir ce peintre russe, Ilya Yefimovitch Repin (1844- 1930), dont elle nous offre ici les œuvres.

Madeleine

Je ne sonderai pas tes voies, —
Mon aimée, car tout est accompli.
J’étais nu-pieds, et tu m’as chaussé
D’une averse de cheveux,
Et de tes larmes.

Je ne demanderai pas à quel prix
Tu as acheté ces huiles précieuses.
J’étais nu, et de la vague de
Ton corps — comme d’un mur
Tu m’as enveloppé.

J’effleurerai ta nudité de mes doigts
Plus doux que les eaux et plus bas que les herbes.
J’étais debout, et tu m’as montré une inclinaison
De tendresse, étant tombée à mes pieds.

Fais-moi un creux dans tes cheveux,
Lange-moi sans bandelette de lin
Myrrophore ! Qu’ai-je à faire de la myrrhe ?
Tu as lavé mon corps
Comme une vague.

                               Marina Tsvétaïeva  (31 août 1923) – Traduction Chantal Houlon-Crespel

&

Comme Marina, Anna Akhmatova, merveilleuse poétesse russe, elle aussi, a connu, avec tant d’autres (Pasternak, Mandelstam…), les outrances et la barbarie des temps du Stalinisme. Marina ne la rencontrera qu’en 1940, mais déjà en 1921, ayant appris l’exécution de son mari, elle écrit pour elle ce poème, comme un soutien compassionnel :

A Anna Akhmatova

Qui aujourd’hui moissonnera
Ton sillon ?
Oh ma sibylle !
A la tresse noire !

Tes jours de minuit
Ton siècle de bivouac…
Tous les petits ouvriers
D’un coup sont pris.

Où sont tes suppléants
Ces compagnons de lutte ?
Oh ma sibylle !
A la main blanche !

On ne peut effacer ces tombes
Par une larme, par la gloire.
L’un de son vivant marchait –
Comme étranglé.

L’autre alla vers le mur
Chercher un avantage.
(Et même fier ex – faucon !)
D’un coup ont disparu.

Là-haut tes frères !
Ton appel ne les atteindra pas !
Mon coursier a la robe claire,
Oh ma sibylle !

Et de ces gros nuages-là (louange –
Beauté merveilleuse !)
Une flèche de faucon
Une de colombe…

Il faut croire que pour toi à deux plumes
Ils écrivent là-bas,
Il faut croire que pour toi à la hâte
Sortira une charte.

Elle rognera ses petites ailes
Oh pavés !
Oh ma sibylle !
Aux ailes noires !

                         Marina Tsvetaeva – 29 décembre 1921 – Traduction Chantal Houlon-Crespel

&&&

Pour se rapprocher de Marina Tsvetaeva, ne pas hésiter à lire le billet de Gilles Pressnitzer : « Marina, Marina, ma sœur la vie »  sur le site ESPRITS NOMADES