Just married !

Ils se sont mariés hier.

Deux êtres différents qui ont décidé de mettre leurs énergies en commun pour se retrouver sans cesse et franchir continuellement cette barre si mince et si fragile qui naturellement les sépare, si peu certes, mais.. L’homme, la femme…

Parce qu’ils s’aiment et qu’ils se sont choisis réciproquement et sincèrement pour compagnons, l’un de l’autre, je leur souhaite de toujours trouver le geste habile et fin qui les aide à franchir avec une grâce toujours renouvelée, cette modeste barre, afin que chacun se retrouve chez lui chez l’autre. Pour qu’ils soient chez eux partout où ils sont ensemble.

Puisse cette barre demeurer pour eux une  » barre d’appui «  !

Longue vie de bonheur partagé à Christiane et Laurent !

 ♥

Trois préludes de Rachmaninov dansés par Lucia Lacarra et Marlon Dino, sur une chorégraphie de Ben Stevenson.

 ♥

Tu es venue le feu s’est alors ranimé
L’ombre a cédé le froid d’en bas s’est étoilé
Et la terre s’est recouverte
De ta chair claire et je me suis senti léger
Tu es venue la solitude était vaincue
J’avais un guide sur la terre je savais
Me diriger je me savais démesuré
J’avançais je gagnais de l’espace et du temps
J’allais vers toi j’allais sans fin vers la lumière
La vie avait un corps l’espoir tendait sa voile
Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
Promettait à l’aurore des regards confiants
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
Ta bouche était mouillée des premières rosées
Le repos ébloui remplaçait la fatigue
Et j’adorais l’amour comme à mes premiers jours.

Paul Eluard extrait de ( » La mort L’amour La vie  » in  » Le Phénix  » – 1951)

 ♥♥

La nuit 8 – La chambre des amants

 » On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.  »    Alfred de Musset

Éternels gestes de l’amour, pantomime universelle, danse rituelle spontanément éclose au fond des âges ; chorégraphie naturelle des corps, jamais apprise et cependant sue ; magie toujours recommencée et chaque fois différente d’un souffle de création unique, épiphanie du divin, fusion de deux êtres de chair dans l’indicible lumière d’une éphémère union :

Deux amants, dans l’intimité de leur chambre d’amour.

Deux exceptionnels danseurs, Lucia Lacarra et Cyril Pierre, un chorégraphe inspiré, Val Caniparoli, et un musicien (au hasard), Frédéric Chopin, et nous voilà transportés dans la chambre des amants. Désormais, grâce à eux, spectateurs émerveillés d’un pas d’amour que la pudeur du couple blotti dans sa nuit aurait encore dissimulé à la curiosité de nos regards envieux.

Aimer !

Vidéo visible en HD (roue dentelée en bas et à droite de l’image)