Le feu aux cordes

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Le feu aux cordes

Deux méthodes pour faire du feu : la friction et la percussion.
Certains choisissent de coupler les deux procédés… Et ça flambe !

La preuve par la virtuosité : une pyromane frappe les cordes en japonais, son complice les frotte en colombien. [ 126 more words ]

Lire, voir, écouter la suite . . .

Enfants, n’oubliez pas votre Canon !

On lui avait dit :  » dans le Gers, le soir, tu risques de t’ennuyer, il n’y a pas grand monde « .

 » Tu n’auras qu’à travailler ton piano « , enchaîna sa mère avec le ton protecteur qui lui étai habituel.  » C’est un bon devoir de vacances ! « 

Profites-en donc pour préparer le fameux « Canon de Pachelbel » ! Il te faudra me le jouer à ton retour, et sans une faute, n’est-ce pas ? ajouta, l’index commandeur levé, son professeur qui aurait voulu paraître plus autoritaire qu’il ne l’était vraiment.

Et forte de ces dernières observations dans le hall de l’aéroport de Tokyo-Haneda, elle embarqua pour Marciac, petit village de notre beau Sud-Ouest, qui abrite dix fois moins d’âmes qu’il ne fallut à Hiromi franchir de kilomètres pour le rejoindre.

Les vacances furent particulièrement studieuses : salopette de travail, réglages des cordes, accord et mise en doigts… sans jamais perdre le sourire. Le tout dans un calme et un silence que, bien sûr, une mouche elle-même n’aurait pas osé briser.

Voilà qui ne pouvait que satisfaire parents et professeur dont les conseils avaient été suivis à la note près… ou presque.

La vidéo du séjour les surprit un peu… En voici un extrait !

Hiromi, à coup sûr, n’avait pas oublié son Canon !

Il faut toujours veiller à ce que les enfants emportent un Canon en vacances !

Johann Pachelbel (1653-1706 Nuremberg)

Johann Pachelbel (1653-1706 Nuremberg)

Un an déjà!

« Il y a toujours quelque chose en nous que l’âge ne mûrit pas »    –  Bossuet

« Perles d’Orphée » a 1 an!

Pour fêter le premier anniversaire des « Perles », j’avais prévu d’inviter un kyrielle d’amis comme Mozart, Virgile, Élisabeth Vigée-Lebrun, Satchmo, Camille Claudel, la Tebaldi ou l’Orchestre Philharmonique de Berlin… Et tant d’autres. Mais très vite, j’ai dû me rendre à la raison, ma page ne pourrait pas tous les accueillir. Choisir dans la liste m’était impensable ; mieux valait oublier l’idée.

Pelemele

θ

Je décidai alors d’organiser une petite fête intime en invitant seulement un couple d’amis très proches avec qui nous aurions évoqué tous les absents – avec les mots de la dithyrambe, uniquement. Mais encore une fois il me fallut accepter l’évidence : Eurydice n’obtiendrait pas une seconde autorisation de sortie des Enfers, et Orphée ne viendrait pas sans avoir au préalable retrouvé la totalité de ses membres éparpillés par les cruelles Bacchantes. Et même si un seul… L’un sans l’autre…

θ

Qui donc alors allait venir sur cette page, avec une de ses perles, pour m’aider à remercier tous ceux qui, en un an, fidèlement ou occasionnellement, auront cliqué 46 000 fois sur les pages de ce blog pour partager près de 250 billets  inspirés par ma seule émotion? Tous ces visiteurs – vous tous – qui, par chacune de leurs visites, auront contribué à créer un incroyable flux relationnel de 800 commentaires publics – pour n’évoquer que ceux-là.

Mais Hiromi, bien sûr! Ma délicieuse petite « souris », grignoteuse d’ivoire, que vous connaissez déjà.

Pourquoi ne pas fêter l’évènement dans son

« Vieux château, près d’une rivière, au milieu de la forêt ».

Château2

Venez! Allons-y tous! Elle sera notre fée, notre guide à travers les passages secrets et les portes qui grincent ; elle nous fera approcher le gros chat qui gronde et entrer dans le mystère des rythmes infernaux ; elle nous précipitera, pour de folles cavalcades enfantines, dans des escaliers vertigineux et nous perdra dans des dédales de couloirs inquiétants.

Venez! Venez tous! Glissons-nous dans la grosse boîte noire tant que son couvercle est levé! Comme Alice derrière son lapin, suivons notre « Jerry » dans la magie sonore de ce joyeux et virtuose voyage anniversaire!

Et si  les enfants que, par chance, nous sommes restés, se sentent parfois effrayés, la lumière de son sourire effacera leurs craintes.

Bon anniversaire « Perles » !

誕生日おめでとうございます « Perles » !

Sourires de souris

Jerry souris

Pour ajouter encore au plaisir que vos mails ont exprimé à la suite du billet Quand Tom n’est pas là… Hiromi swingue  (et au mien, évidemment!)…

Et en manière de clin d’œil complice et de sourire tendre, en ce jour de « fête des mères »,  à la mienne qui se cache là-haut dans la lumière bleue… et qui était – c’est peu de le dire – phobique des souris.

« The Tom & Jerry show » par Hiromi Uehara… et son sourire qui communique autant de tonus que sa musique. (Je crois qu’elle est aussi la compositrice du morceau)

« Love and laughter » (Amour et rire) : De circonstance, non?

Quand Tom n’est pas là… Hiromi swingue

JerryElle a le minois espiègle de Jerry, la petite souris futée et amusante des dessins animés, qui joue des tours au gros chat Tom.

Avec ses yeux bridés et sa peau laiteuse, on a peine à croire qu’elle est la petite fille de Art Tatum et la fille de Oscar Petterson. Et, en effet, on a raison.

Mais quand elle s’assoit – pas toujours d’ailleurs, et cela n’empêche pas la question – devant un piano… on se demande comment ceux-là lui ont transmis leur talent. En tout cas, elle en a réellement hérité.

Son nom :  Hiromi Uehara.

Pianiste et compositrice japonaise. De jazz ! Improvisatrice aussi, bien sûr. Faites-vous une idée…  Et réservez-vous un peu de temps, il se pourrait bien que vous vienne une envie de vous attarder.

Hiromi nous raconte d’abord le lieu où elle aime être (« Place to be »). Paris peut-être : Debussy et Satie se cachent parfois sous ses doigts.

Romantique, nostalgique même au début de sa ballade, elle retrouve bien vite son sourire et son bonheur de vivre… Le bonheur de jouer ne l’abandonne pas.

Si vous voulez lui faire plaisir offrez lui son dessert favori, des « Choux à la crème », mais en attendant prenez celui-ci dans les oreilles. Attention votre pied droit risque fort de ne plus vous appartenir…

Et « Sicilian blue » … Le temps de déguster un « Bourbon sour » , comme au bon vieux temps du « Blue note » ou du « Village Vanguard ». Pour le plaisir!

Tom et Jerry piano