‘Chanson perpétuelle’

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

‘Chanson perpétuelle’

« La mélodie française va tout droit, sans convulsions et sans frénésie, au rare, à l’exquis, à l’inattendu. »    (Vladimir Jankélévitch)

Ernest Chausson 1855-1899

En 1899, le grand mélodiste, Ernest Chausson, composant « La Chanson Perpétuelle » sur douze des seize tercets du poème « Nocturne » de son contemporain Charles Cros, choisit de faire accompagner par un piano et un quatuor à cordes les états d’âme d’une jeune femme abandonnée par son amant.

Connivence des mots et de la musique dans le désenchantement de l’heure crépusculaire où Éros rejoint Thanatos.

Lire, voir, écouter . . .

Le temps du lilas, ce bel infidèle !

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Le temps du lilas, ce bel infidèle !

[…]

Si brèves soient les amours de la jeunesse, si fugitif le printemps d’une vie, demeure, comme une empreinte de leur furtif passage, l’immense et profonde beauté du poème. Celui, peut-être, drapé dans les ondulations élégiaques d’une mélodie marine qu’un alizé lyrique ramène vers le rivage, le soir, à l’heure solitaire où l’âme caresse ses hiers.

[…]

Ernest Chausson (1855-1899)

Gérard Souzay interprète « Le temps des lilas », dernier volet du « Poème de l’amour et de la mer » composé par Chausson sur des poèmes de Maurice Bouchor.

Et Barbara y va de ses couplets sur le même thème…

Lire, écouter, voir la suite . . .