… Tant que le loup n’y est pas !

Vient de paraître sur   « De braises et d’ombre » :

… Tant que le loup n’y est pas !

Léocharès (IVéme av JC) – Diane de Versailles ou Artémis à la biche (détail) – Louvre

C’est justement la voix de la déesse Palès, chantant l’aria « Schafe können sicher weiden » (Les moutons peuvent paître en paix ou, en anglais, « Sheep may safely graze »), qui servira de signature pour la postérité à cette cantate de J.S. Bach, BWV 208, dite « Cantate de la chasse ».

Quelle plus douce musique pour exprimer le calme et la paix bucoliques d’un éden terrestre ? Porté à travers le vert…

Et quelle belle transcription pour le piano réalisée par Egon Petri, sous les doigts de Khatia Buniatishvilli, un soir sous le feuillage !!!

Lire, voir, écouter la suite. . .