Agathe – second message : encouragements

Quelques semaines plus tard…

Ma chère Agathe,

Je suis heureux d’apprendre que tu as suivi mon conseil et que tu as décidé de te mettre enfin à la danse. C’est formidable!

Tu me dis que depuis tes débuts, il y a maintenant près de deux mois, les courbatures persistent, toujours plus intenses, et que tu ne peux toujours pas toucher tes pieds en te pliant. Mais tes mains dépassent déjà le milieu de la jambe, c’est bien!

L’équilibre sur les pointes te pose encore quelques problèmes, et tes orteils sont très douloureux, cela ne me surprend pas, mais tout va rentrer dans l’ordre sous peu. Tu ne me parles pas de tes progrès à propos du grand écart, j’en déduis que de ce côté là, tout se passe pour le mieux ; je n’en doutais pas.

Continue ma chère amie, continue.

Pour t’encourager je t’envoie une petite vidéo de Svetlana. Tu vas voir comment avec simplement quelques exercices préparatoires faciles une femme peut s’épanouir avec grâce, jusqu’à se démultiplier. Cela devrait stimuler tes efforts. Encore quelques semaines et tu verras, tu seras, toi aussi, démultipliée… en mille morceaux.

Tiens bon mon Agathe! Tiens bon!

Exister sans vivre?

Victor Hugo

Victor Hugo (1802-1885)

Comédienne : Anaïs Gabay

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front.
Ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
C’est le prophète saint prosterné devant l’arche,
C’est le travailleur, pâtre, ouvrier, patriarche.
Ceux dont le cœur est bon, ceux dont les jours sont pleins.
Ceux-là vivent, Seigneur ! les autres, je les plains.
Car de son vague ennui le néant les enivre,
Car le plus lourd fardeau, c’est d’exister sans vivre.
Inutiles, épars, ils traînent ici-bas
Le sombre accablement d’être en ne pensant pas.
Ils s’appellent vulgus, plèbe, la tourbe, la foule.
Ils sont ce qui murmure, applaudit, siffle, coule,
Bat des mains, foule aux pieds, bâille, dit oui, dit non,
N’a jamais de figure et n’a jamais de nom ;
Troupeau qui va, revient, juge, absout, délibère,
Détruit, prêt à Marat comme prêt à Tibère,
Foule triste, joyeuse, habits dorés, bras nus,
Pêle-mêle, et poussée aux gouffres inconnus.
Ils sont les passants froids sans but, sans nœud, sans âge ;
Le bas du genre humain qui s’écroule en nuage ;
Ceux qu’on ne connaît pas, ceux qu’on ne compte pas,
Ceux qui perdent les mots, les volontés, les pas.
L’ombre obscure autour d’eux se prolonge et recule ;
Ils n’ont du plein midi qu’un lointain crépuscule,
Car, jetant au hasard les cris, les voix, le bruit,
Ils errent près du bord sinistre de la nuit.

Quoi ! ne point aimer ! suivre une morne carrière
Sans un songe en avant, sans un deuil en arrière,
Quoi ! marcher devant soi sans savoir où l’on va,
Rire de Jupiter sans croire à Jéhovah,
Regarder sans respect l’astre, la fleur, la femme,
Toujours vouloir le corps, ne jamais chercher l’âme,
Pour de vains résultats faire de vains efforts,
N’attendre rien d’en haut ! ciel ! oublier les morts !
Oh non, je ne suis point de ceux-là ! grands, prospères,
Fiers, puissants, ou cachés dans d’immondes repaires,
Je les fuis, et je crains leurs sentiers détestés ;
Et j’aimerais mieux être, ô fourmis des cités,
Tourbe, foule, hommes faux, cœurs morts, races déchues,
Un arbre dans les bois qu’une âme en vos cohues !

                                                                                Victor Hugo (Châtiments)