« C »

Derrière le plus simple arrondi d’une seule lettre de l’alphabet on peut parfois trouver un émouvant poème d’un inoubliable poète et même quelques notes de musique jetées mélodieusement sur la partition d’un formidable compositeur.

Qu’un ténor, d’une douce et ondulante inflexion, unisse ces deux  voix, et nos âmes oublieuses reviendront traverser, sur les bords de notre Loire, les combats douloureux de notre histoire et les souffrances de nos ainés.

Quand les vers sont d’Aragon et la musique de Poulenc, les drames qu’ils racontent paraissent plus émouvants encore. Quand Hugues Cuénod les chante, une larme pourrait bien nous échapper pour ces temps passés.

J’ai traversé Les Ponts-de-Cé
C’est là que tout a commencé

Une chanson des temps passés
Parle d’un chevalier blessé,

D’une rose sur la chaussée
Et d’un corsage délacé,

Du château d’un duc insensé
Et des cygnes dans les fossés,

De la prairie où vient danser
Une éternelle fiancée,

Et, j’ai bu comme un lait glacé
Le long lai des gloires faussées.

La Loire emporte mes pensées
Avec les voitures versées,

Et les armes désamorcées,
Et les larmes mal effacées,

Oh ! ma France ! ô ma délaissée !
J’ai traversé Les Ponts-de-Cé.

Louis Aragon (Les Yeux d’Elsa – 1942)

Pour l’amour de Manon… ou de Sylvie!

Des Grieux vient de battre Synnelet en duel. Le laissant pour mort, il s’enfuit dans le désert avec Manon, sa bienaimée. Épuisé, le couple est couché sur un lit de fortune simplement fabriqué avec les vêtements de Des Grieux. Ils se prodiguent l’un l’autre des soins attentifs. Leur tendre union est à son apogée. C’est ce moment paroxystique que la mort a choisi pour venir chercher Manon.

Oui! Manon Lescaut et son malheureux amant le chevalier Des Grieux. Ces héros légendaires du roman  de l’Abbé Prévost qui a servi, oh combien! et il y a longtemps, de sujet à nos devoirs de français.

Voici comment, dans un splendide pas de deux, sur la musique de Jules Massenet, deux formidables danseurs, Sylvie Guillem et Jonathan Cope, nous entraînent dans ce moment tragique où deux destins se jouent. Derniers soubresauts d’un combat désespéré contre la mort, que mènent les amants réunis en un acte final d’une éclatante beauté.

Et voici comment L’Abbé Prévost nous racontait le drame, avec les mots – qu’il nous fallait commenter jadis – de son malheureux héros, le Chevalier Des Grieux :

      » Pardonnez, si j’achève en peu de mots un récit qui me tue. Je vous raconte un malheur qui n’eut jamais d’exemple. Toute ma vie est destinée à le pleurer. Mais, quoique je le porte sans cesse dans ma mémoire, mon âme semble reculer d’horreur, chaque fois que j’entreprends de l’exprimer.
Nous avions passé tranquillement une partie de la nuit. Je croyais ma chère maîtresse endormie et je n’osais pousser le moindre souffle, dans la crainte de troubler son sommeil. Je m’aperçus dès le point du jour, en touchant ses mains, qu’elle les avait froides et tremblantes. Je les approchai de mon sein, pour les échauffer. Elle sentit ce mouvement, et, faisant un effort pour saisir les miennes, elle me dit, d’une voix faible, qu’elle se croyait à sa dernière heure. Je ne pris d’abord ce discours que pour un langage ordinaire dans l’infortune, et je n’y répondis que par les tendres consolations de l’amour. Mais, ses soupirs fréquents, son silence à mes interrogations, le serrement de ses mains, dans lesquelles elle continuait de tenir les miennes me firent connaître que la fin de ses malheurs approchait. N’exigez point de moi que je vous décrive mes sentiments, ni que je vous rapporte ses dernières expressions. Je la perdis ; je reçus d’elle des marques d’amour, au moment même qu’elle expirait. C’est tout ce que j’ai la force de vous apprendre de ce fatal et déplorable événement.  » (Manon Lescaut)

♥♥♥