Imitateur

Je parle de vieillesse à la femme que j’aime ;
on me répond : « C’est dans Ronsard, tout ça. » Je parle
d’un deuil profond et d’une enfant qui s’est noyée ;
on me répond : « Tout ça, c’est dans Victor Hugo. »

Je parle d’un cœur lourd comme un lac en colère ;
on me répond: « Tout ça, tu vois c’est Lamartine. »
Je parle de musique et d’un parc dans la brume ;
On me répond: « Tout ça, Verlaine y est passé. »

Je parle de partir, là-bas vers l’équateur ;
on me répond: « Tout ça, c’est Rimbaud. » Je parle
de mon orgueil et de ma solitude amère ;

On me répond : « C’est dans Vigny, t’as pas de chance. »
Je ne parlerai plus, de peur de les gêner,
ces salauds qui sans moi ont écrit mes poèmes.

Alain Bosquet (« Sonnets pour une fin de siècle » – Editions Gallimard 1980)

Illustration musicale : E. MacDowell – « Hexentanz » (Piano : Stephen Hough)