A la frontière du dedans et du dehors…

… Pas totalement dedans… mais surtout pas dehors !

Antonello de Messine - Saint Jérôme

Antonello de Messine – Saint Jérôme

 

XII – 8    

Il dessinait partout des fenêtres.
Sur les murs trop hauts,
sur les murs trop bas,
sur les parois obtuses, dans les coins,
dans l’air et jusque sur les plafonds.
Il dessinait des fenêtres comme s’il dessinait des oiseaux.
Sur le sol, sur les nuits,
sur les regards tangiblement sourds,
sur les environs de la mort,
sur les tombes, les arbres.

Il dessinait des fenêtres jusque sur les portes.
Mais jamais il ne dessina une porte.
Il ne voulait ni entrer ni sortir.
Il savait que cela ne se peut.
Il voulait seulement voir : voir.

Il dessinait des fenêtres.
Partout.

Roberto Juarroz –   » Poésie verticale « 

 Un clic sur un tableau ouvre la galerie

La poésie Borges

Jorge-Luis Borges (1899-1986)

Jorge-Luis Borges (1899-1986)

« Dans tous les cas, la poésie est antérieure à la prose: on dirait que l´homme chante avant de parler »

ω

Le sud

Du fond de tes patios avoir regardé
les antiques étoiles,
depuis un banc dans l’ombre avoir fixé
ces lumières éclatées
que mon ignorance n’a appris à nommer
ni à ordonner en constellations,
avoir senti le cercle de l’eau
dans la secrète citerne,
l’odeur du jasmin et du chèvrefeuille,
le silence de l’oiseau endormi,
la voûte du vestibule, l’humidité
– ces choses, peut-être, sont le poème.

Jorge Luis Borges –  « Ferveur de Buenos Aires » (1923)

VG -nuit_etoilee

Van Gogh – La nuit étoilée

El sur

Desde uno de tus patios haber mirado
las antiguas estrellas,
desde el banco de
la sombra haber mirado
esas luces dispersas
que mi ignorancia no ha aprendido a nombrar
ni a ordenar en contelaciones,
haber sentido el circulo del agua
en el secreto aljibe,
el olor del jazmin y la madreselva,
el silencio del pájaro dormido,
el arco del zanguán, la hemedad
–esas cosas, acaso, son el poema.

ω

« Il existe une heure de la soirée où la prairie va dire une chose. Elle ne le dit jamais. Peut-être le dit-elle infiniment et nous ne l’entendons plus, ou nous l’entendons, mais ce quelque chose est intraduisible comme une musique… »

Bonnard - paysage du soir

Pierre Bonnard – Paysage du soir

ω