De braises et d’ombre

Après un long silence les « Perles d’Orphée » se prolongent dans un nouvel espace de partage d’émotions.

Ce nouveau blog, dans le fond, ne devrait pas être très différent de son aîné : comme lui il affichera, certes, une sensibilité particulière pour la musique et la poésie, mais, l’émotion se nichant partout et son expression n’ayant pas plus de frontières géographiques que de limites artistiques, à l’instar des « Perles », il gardera fièrement ses portes ouvertes. Toujours résolu à l’idée de n’être, ni plus, ni moins, qu’un modeste journal de mes vrais émois esthétiques, lieu heureux de partages et d’échanges.

Mais alors pourquoi changer d’espace ? Pour une raison de forme. Tout simplement pour ne pas avoir à transformer les apparences des « Perles » que je souhaite conserver dans leur jus. — Un blog ne pouvant transformer sa thématique visuelle que pour la totalité de ses parutions. Et puis, le mouvement c’est la vie…! — Les braises et l’ombre n’en sont-elles pas un beau symbole ?

En saluant d’un clic la majesté du crépuscule embrasé ci-dessous, vous accèderez à la page  « À propos »  de mon nouveau blog :

« De braises et d’ombre »

Soyez-y les bienvenues !    Soyez-y les bienvenus ! 

Braise et ombre crépusculaires3 texte

 

N° 201

Battez tambours, sonnez trompettes!

Voici le billet

N° 201 des « Perles d’Orphée ».

La toccata de l’Orfeo de Monteverdi,

comme un hymne en l’honneur de la générosité et de la bienveillance que vous avez, amis ou inconnus de 100 pays, témoignées depuis sa création en décembre 2012, à ce blog qui, sans vous. serait resté à la place réservée aux journaux intimes modernes, au fond d’un disque dur.

Par votre fidélité à ses pages, vous avez partagé mes émotions et mes choix, poétiques et musicaux le plus souvent. Vous m’avez fait l’amitié de vos commentaires, publics ou privés, toujours sympathiques et parfois flatteurs mais jamais flagorneurs. Vous avez même quelquefois, signe extrême de votre appréciation positive, « reblogué » sur vos propres sites un billet pour le partager avec votre entourage, ou en avez simplement recommandé la lecture à vos proches.

En un mot, en accueillant ma démarche, vous avez contribué à donner un espace plus large encore au plaisir que me procurent sans faillir les innombrables « perles » des mille enfants d’Orphée, et avez offert à mes émotions esthétiques une bien agréable caisse de résonance.

Et si mon émotion d’aujourd’hui appartient plutôt au domaine de l’intime, sa dimension ne pouvait évidemment pas la soustraire à sa diffusion dans ce billet N° 201.

MERCI  A TOUS !

In english :

Beat the drums! Sound the horns!

Here is the article N° 201 from

« Perles d’Orphée »

Toccata of Monteverdi’s Orfeo,

as an hymn in honor of the generosity and kindness that you, friends or strangers from 100 countries, shown towards this blog since its inception in December 2012. Without you. it would have remained in the place reserved for modern diaries, at the end of a hard drive.

For your fidelity to its pages, you shared my emotions and my choice, poetic and musical most often. You have been kind to me with your comments, public or private, always friendly and sometimes flattering, but never fawning. You even sometimes, very positive sign of your appreciation, « reblogged » on your own site some posts to share with your followers, or have simply recommended reading to your friends.

In a word, welcoming my approach, you have contributed to give an even larger space to pleasure afforded me unfailingly the « pearls » of thousands children of Orpheus.

And if my emotion today is more a matter of intimacy, its size obviously could not remove it from its distribution in this post No. 201.

THANK YOU TO ALL !