Hurle, albatros, hurle à la mort !

Voici un albatros hurleur ! Puissions-nous nombreux entendre son cri !…

C’est le cri de notre détresse !

L’albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d’eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid !
L’un agace son bec avec un brûle-gueule,
L’autre mime, en boitant, l’infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher.

                                                   Baudelaire (« Les fleurs du mal »)

Et maintenant une illustration terrible et « moderne » de ce merveilleux poème que beaucoup d’entre nous connaissent depuis l’enfance.

Attention les images sont fortes

S’il peut voir ce que l’homme fait du « Prince des nuées » le maître devrait me pardonner de remplacer sa dernière strophe par celle-ci :

Mais aucun d’eux ne voit sur la grève, perdu,
Ce prince des nuées, étouffé et meurtri
Par l’infâme vomi sur la terre  épandu,
D’un cupide occupant, d’égoïsme pétri.