La « der »… de 2014

Violetta :

« Tutto è follia, follia nel mondo
« Ciò che non è piacer. »

Ce qui n’est pas plaisir
Est folie dans le monde.

Pour accompagner jusqu’à son heure ultime la dernière nuit de 2014 :

Libiamo ne’ lieti calici !

(Buvons dans ces joyeuses coupes !)

Giuseppe Verdi – « La Traviata » – Rolando Villazon et Anna Netrebko

Alfredo :
Buvons, buvons dans ces joyeuses coupes
Que la beauté fleurit ;
Et que l’heure fugitive
S’enivre de volupté.libiamo
Buvons dans les doux frissons
Que suscite l’amour,
Puisque ces yeux tout-puissants
Percent le cœur.
Buvons ! l’amour, l’amour entre les coupes
Aura des baisers plus ardents.

Le chœur :
Ah ! buvons ; l’amour, l’amour entre les coupes
Aura des baisers plus ardents.

Violetta :
Parmi vous je saurai partager
Mes heures les plus joyeuses ;
Ce qui n’est pas plaisir
Est folie dans le monde.
Amusons-nous, rapide et fugace
Est le plaisir de l’amour.
C’est une fleur qui naît et meurt,
Et l’on ne peut plus en jouir.
Réjouissons-nous !
De fervents et flatteurs accents
Nous y invitent.

Le chœur :
Ah ! Réjouissons-nous !
Les verres, les chansons
Et les rires embellissent la nuit ;
Que dans ce paradis
Nous retrouve le jour nouveau.

Violetta (à Alfredo) :
La vie est allégresse.

Alfredo (à Violetta):
Quand on ne s’aime pas encore…

Violetta :
N’en parlez pas à qui l’ignore.

Alfredo :
C’est là mon destin.

Tous :
Ah ! Réjouissons-nous !
Les verres, les chansons
Et les rires embellissent la nuit ;
Que dans ce paradis
Nous retrouve le jour nouveau !

Minuit une : le temps des voeux

Excellente Année 2014 !

La tête doucement penchée
comme le front d’un frêle enfant,
la dextre offerte
à l’offrande d’en haut,
l’autre en survol
sur un sol nourricier
et patient,
il tourne,
il tourne et tourbillonne,
continûment,
léger, fluide,
aile gracile caressant le nuage,
obstinément,
rêvant de réunir les deux extrémités
de son infinie
verticalité.

Sur sa robe chamarrée des couleurs
de nos différences
et de nos divisions
se fond et se confond
en une infinité ternaire
le nuancier de nos identités
jusqu’à se dissiper
unifié
dans la blanche paix
des espérances exaucées.

Puisse 2014, à l’instar du « sema » de ce derviche, vous emporter dans son tourbillon entre Esprit et matière, sur le chemin de cette paix indispensable à tous les bonheurs que je vous souhaite!

Minuit : le temps des baisers

Gui suspendu2013 est morte!

Vive 2014!

On s’fait la bise ?!

… aux enfers et en musique… Orphée oblige!

Air de Cupidon – Couplet des baisers – extrait de « Orphée aux enfers » (Offenbach) – Soprano Sabine Devieilhe – Direction Marc Minkowski

Pour attirer du fond de sa retraite
Une souris qui cache son museau.
Non loin du nez de la petite bête,
Il faut semer quelques friands morceaux
Je sais un autre stratagème
Qui doit faire de son réduit
Sortir une femme qu’on aime,
Ce stratagème c’est un bruit
Mais il faut que ce joli bruit
Soit bien mignon et bien gentil

Refrain :
Ah
(Bruits de baiser)
Allez-y la p’tit’ bête va répondre au bruit
(Bruits de baiser)

Lorsque l’on veut attirer l’alouette,
On fait briller un miroir à ses yeux
Et sans retard on la voit, la coquette,
En voltigeant accourir à ses feux
Une femme c’est tout de même
Par sa faiblesse qu’on la séduit
Tout ce qu’elle veut
C’est qu’on l’aime
Et c’est ainsi qu’on le lui dit
Mais il faut que cela soit dit
D’un air mignon et bien gentil.

minuit