Fascination du couchant

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Fascination du couchant

« – Courons vers l’horizon, il est tard, courons vite,
Pour attraper au moins un oblique rayon ! » 

Charles Baudelaire

Écrasée par l’inexorable marche de la nuit, la lumière abdique.
Les dernières ombres, craintives, allongent déjà leurs pas de fuite vers l’infini… Orgueilleux rebelles, quelques brandons…

Le temps s’évanouit dans le temps.

Lire, voir, écouter la suite . . .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s