Le vide et la nuit

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Le vide et la nuit

Réduit au plus ténu du souffle

Être pure ouïe

Et faire écho en silence

Au respir des sycomores

Quand l’automne

François Cheng – A l’orient de tout – Poésie /Gallimard

Une poésie et une musique qui n’avaient sans doute pas envisagé de se côtoyer d’aussi près.

Le plaisir n’est-il pas dans l’imprévu de la rencontre de deux belles sensibilités que rien ne permettait de présager ?

Et pourtant leur dialogue au bord de la nuit semble se confondre dans un même écho…

Lire, voir, écouter la suite . . .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s