Les barbares

Vient de paraître sur « De braises et d’ombre » :

Les barbares

Raphaël – École de philosophes à Athènes – 1509

En attendant les barbares

– Qu’attendons-nous, rassemblés sur l’agora ?

– On dit que les Barbares seront là aujourd’hui.

– Pourquoi cette léthargie, au Sénat ?
Pourquoi les sénateurs restent-ils sans légiférer ?

Parce que les Barbares seront là aujourd’hui.
À quoi bon…

[…]

A propos de Constantin Cavafy :

« Toute une vie en chuchotements et grisaille et des poèmes qui ont pourtant fondé vers le début du vingtième siècle la poésie grecque contemporaine. Comme Kafka… »

 

Voir, lire, écouter la suite . . .

3 réflexions sur “Les barbares

    • Formidable pièce de Gorki, en effet, et hélas, trop rare !
      Chez Gorki, plus nettement encore que chez Cavafy, on en est toujours à se demander qui sont les vrais barbares, les ingénieurs venus construire le chemin de fer annonciateur des lendemains qui chantent ou les habitants de Verkhopolié enserrés dans leur étroitesse d’esprit…

      • Les lieux étroits font se rencontrer ces extrêmes. Je vais en apprendre plus maintenant chez Cavafy que chez Le Nôtre. L’histoire des territoires dessine l’histoire de ses habitants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s