Kaddish

Le 27 janvier 1945, il y a 70 ans, en Pologne, non loin de Cracovie, les soldats russes ouvraient les portes d’un enfer qui aurait fait frissonner d’horreur Dante lui-même, au sommet de son impressionnante imagination : ils libéraient le camp d’extermination nazi d’Auschwitz – Birkenau, la plus effroyable usine de destruction du genre humain qui fût jamais inventée.

Félix Nussbaum - Le triomphe de la mort - 1944 "Si je meurs, ne laissez pas mes peintures me suivre, mais montrez-les aux hommes"

Félix Nussbaum – Le triomphe de la mort – 1944
« Si je meurs, ne laissez pas mes peintures me suivre, mais montrez-les aux hommes »

En 1914, par « un miracle de sympathie intuitive » avec l’âme juive, selon l’expression de Vladimir Jankélévitch, Maurice Ravel – athée, ou, pour le moins, agnostique – composait deux « mélodies hébraïques », dont l’une est la mise en musique d’une des prières majeures de la liturgie juive, « Kaddish ». Cette glorification du nom de Dieu qui suppose toujours d’être prononcée en groupe (10 personnes au  moins) revêt diverses formes, et l’une d’elles, tout entière elle aussi consacrée à la sanctification de l’Éternel, constitue la prière des endeuillés, bien que jamais la mort n’y soit évoquée.

Dans cet arrangement pour ensemble à cordes de « Kaddish », le violoncelle prend la place du récitant, et rend les paroles bien inutiles. Seule la force magique de la musique laisse chacun libre de se souvenir avec ses propres mots et ses propres images, de se recueillir comme il le conçoit, de méditer avec ou sans Dieu, sans que jamais, pour autant, ne se relâche le lien de communion que noue l’indispensable instant de mémoire.

Le devoir de mémoire devrait consister en cette obligation à laquelle chacun, chaque jour, se soumettrait, et qui consisterait à regarder sa propre image dans le miroir de l’Histoire : rien ne prouve que la peur de s’y voir en victime serait plus forte que l’horreur de s’y rencontrer en uniforme de bourreau.

Quel meilleur moyen de rester vigilant ?

7 réflexions sur “Kaddish

  1. « rien ne prouve que la peur de s’y voir en victime serait plus forte que l’horreur de s’y rencontrer en uniforme de bourreau »
    Brrrrr !!!

    • Ah ! Cher Claudio ! Je constate à votre « Brrrr !!! » que vous avez reconnu chez moi les accents baudelairiens de « L’héautontimorouménos » :

      « Je suis la plaie et le couteau !
      « Je suis le soufflet et la joue !
      « Je suis les membres et la roue,
      « Et la victime et le bourreau ! »

      Je savais bien que cela ne vous aurait pas échappé.😉😉😉

  2. Le violoncelle accompagne la méditation et le chagrin qui envahit nos âmes à chaque fois que les images de cette « rampe » du camp d’extermination nazi d’Auschwitz – Birkenau apparaît sur les écrans, comme si une partie de notre humanité était restée bloquée entre ces murs. Votre choix si juste, comme à l’accoutumée, ravive cette conscience qui est parfois endormie, de la nécessité d’opposer cette humanité à tout type de barbarie, et surtout à celle qui est parfois bien cachée au fond de nous.

    • C’est Nelson Mandela, je crois, qui disait que l’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité et que dès lors il faut pouvoir délivrer à la fois l’un et l’autre.
      Voilà qui laisse entrevoir l’immensité de la tâche qui incombe à chacun de nous lorsque nous prenons la mesure de la part de schizophrénie qui nous constitue, individuellement et collectivement, opprimés et oppresseurs que nous sommes, indubitablement.
      Il est long le chemin vers l’Humanité… Les derniers hommes en verront-ils le bout ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s