Méditations

Cheng - Méditations mort

Quand se tait soudain le chant du loriot
L’espace est empli de choses qui meurent
Tombant en cascade un long filet d’eau
Ouvre les rochers de la profondeur
Le vallon s’écoute et entend l’écho
D’ immémoriaux battements de cœur

Ne laisse en ce lieu, passant
Ni les trésors de ton corps
Ni les dons de ton esprit
Mais quelques traces de tes pas

Afin qu’un jour le grand vent
A ton rythme s’initie
A ton silence, à ton cri,
Et fixe enfin ton chemin

François Cheng

François Cheng – Calligraphe, écrivain, poète… et académicien.

 

4 réflexions sur “Méditations

    • Sachez toutefois que les quatre premières méditations sont en prose, constituées des réflexions que François Cheng a partagées avec ses amis au cours de différentes réunions sur ce thème de la mort et donc de la vie.
      Seule la cinquième se présente sous forme de recueil de poèmes, dont certains sont repris d’ouvrages précédents.

      Ceci dit, je ne peux que vous encourager à plonger dans l’univers de Cheng, où nous avons tant à découvrir… sur nous-mêmes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s