L’horloge

Chat regard

L’horloge

Charles Baudelaire – Petits poèmes en prose XVI

Les Chinois voient l’heure dans l’œil des chats.
Un jour un missionnaire, se promenant dans la banlieue de Nankin, s’aperçut qu’il avait oublié sa montre, et demanda à un petit garçon quelle heure il était. Le gamin du céleste Empire hésita d’abord ; puis, se ravisant, il répondit : « Je vais vous le dire. » Peu d’instants après, il reparut, tenant dans ses bras un fort gros chat, et le regardant, comme on dit, dans le blanc des yeux, il affirma sans hésiter : « Il n’est pas encore tout à fait midi.  » Ce qui était vrai.
Pour moi, si je me penche vers la belle Féline, la si bien nommée, qui est à la fois l’honneur de son sexe, l’orgueil de mon cœur et le parfum de mon esprit, que ce soit la nuit, que ce soit le jour, dans la pleine lumière ou dans l’ombre opaque, au fond de ses yeux adorables je vois toujours l’heure distinctement, toujours la même, une heure vaste, solennelle, grande comme l’espace, sans divisions de minutes ni de secondes, une heure immobile qui n’est pas marquée sur les horloges, et cependant légère comme un soupir, rapide comme un coup d’œil.
Et si quelque importun venait me déranger pendant que mon regard repose sur ce délicieux cadran, si quelque Génie malhonnête et intolérant, quelque Démon du contretemps venait me dire: « Que regardes-tu là avec tant de soin? Que cherches-tu dans les yeux de cet être? Y vois-tu l’heure, mortel prodigue et fainéant? » Je répondrais sans hésiter: « Oui, je vois l’heure ; il est l’Éternité! »

3 réflexions sur “L’horloge

  1. L’amour des chats chez cet auteur à l’oeuvre immortelle est si fort qu’il lui a donné la puissance et la poésie pour y puiser son inspiration. Ces animaux ont, parait-il, la curieuse capacité de vivre entre deux mondes, celui des vivants et celui des morts, ce qui explique l’aura de mystère qui les entoure. En tout cas, je découvre ce texte avec délectation, et ce petit recueil de poésie en prose recèle bien d’autres trésors. Merci de m’avoir permis d’en prendre connaissance

  2. Ravi de vous avoir rapproché des très attachants « Petits poèmes en prose ». J’en produirai plus tard sur ce blog un ou deux autres que j’ai enregistrés. J’espère qu’ils vous plairont.
    Si vous portez de l’intérêt aux chats de cet indispensable poète voici un ouvrage analytique pluridisciplinaire – que je n’ai pas lu – : « Les chats de Charles Baudelaire », par Messieurs Delcroix et Geerts, avec entre autres des articles de Claude Lévi-Strauss et Léon Cellier.
    En voici le lien :

    http://books.google.fr/books?id=wpw8hOIz7bQC&lpg=PA174&ots=OTv5LYbGIl&dq=baudelaire%20et%20les%20chats&hl=fr&pg=PA174#v=onepage&q=baudelaire%20et%20les%20chats&f=false

    .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s