Crépuscule… du matin… ou du soir?

En écoutant, il y a peu, une excellente émission sur le lied, qui offrait quelques merveilles de Brahms, Schubert et Mendelssohn, j’ai reçu, comme tous les auditeurs, l’aveu de la docte présentatrice qui disait ignorer que le crépuscule pût être du soir ou du matin.

Elle s’étonnait qu’un lied de Brahms portât pour titre « Abenddämmerung » (crépuscule du soir), et que l’auteur du poème (A-F Von Schack) eût ressenti le besoin de préciser.

Beaucoup en effet, semblent affecter le crépuscule à un seul moment de la journée; le plus souvent à la tombée du jour, à l’heure où l’on ne différencie plus le chien du loup. Et pourtant, par symétrie de la nature, le matin connait lui aussi ce moment magique où la nuit pénètre le jour, alors que le jour habite encore la nuit; le matin a son crépuscule.

Cette remarque faite, il me faut avouer que j’ai, moi-même, baigné longtemps dans cette croyance d’un crépuscule unique. Celui du soir. C’est à Rainer Maria Rilke, immense poète autrichien, que je dois de ne m’y être pas noyé.

Jadis, me délectant des « Lettres à un jeune poète », qui depuis ne sont jamais bien loin de mes lunettes, je notais cette expression

« Le crépuscule du soir, heure de tous les accomplissements »

C’est en m’interrogeant, moi aussi, sur le besoin de précision de l’auteur que j’appris la dualité du crépuscule.

Mais trêve d’anecdote! Au vrai tout ce discours cache un but, celui de partager avec vous ce mot de Rilke qui m’apparut, aussitôt lu, comme une évidence dont il me semble encore qu’elle a toujours fait partie de mes plus profondes intuitions.

Le crépuscule du soir annonce, inquiétantes mais fécondes, les ténèbres. Le fondu des silhouettes à peine discernables force l’imagination, stimule le rêve. Le monde se crée dans cet ultime souffle de la lumière qui plonge dans le noir pour aspirer ses nouvelles énergies.

Le crépuscule du soir, c’est cet instant où le jour exténué, vaincu, s’enfonce dans l’indéfinissable. Perdant ses formes, la matière n’est plus limitation pour l’être. Tout peut alors s’accomplir! Tout s’accomplit dans l’être!

Avec l’âge, quand la réalité rétrécit et que le rêve s’endort, on pourrait se demander de quel accomplissement le crépuscule du soir est-il encore porteur. Du plus grand de tous, certainement; l’aboutissement suprême, l’ultime souffle qui éteint toutes les lumières et nous entraîne dans la nuit éternelle, le voyage accompli.

« Et, comme un long linceul traînant à l’Orient,
« Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche. »

Charles Baudelaire (Recueillement)

Stephanie Iranyi, mezzo-soprano. Helmut Deutsch, piano.

Voici le lien vers le site de cette bien belle voix : http://www.stefanieiranyi.de/

Pour le texte et la traduction du poème : Abenddämmerung – texte

5 réflexions sur “Crépuscule… du matin… ou du soir?

    • En effet! Bien qu’il soit pour moi le maître de la poésie, ce n’est pas à lui, étrangement, que je dois d’avoir attiré mon attention sur cette nuance « crépusculaire », mais bien à Rilke.
      Merci d’avoir posté ce commentaire, précision complémentaire sur ce sujet, dont j’espère qu’il apparaitra pour tous les lecteurs. (Quand vous avez lu cet article, mon blog n’avait que quelques heures, c’est vous dire combien mon ignorance est encore grande sur la technique de fonctionnement, et combien sont nombreux mes questionnements.)
      Merci également pour l’intérêt que vous avez accordé à cette jeune publication. J’irai, moi aussi, vous rendre visite sous peu.
      A bientôt.

      • Je connais très mal Rilke aussi j’étais ravie de lire votre article.
        Je ne savais pas que votre blog était si jeune, je lui souhaite bonne chance pour la suite et plein de lecteurs.
        Je ne crois pas qu’il y ait besoin de beaucoup de techniques pour tenir un blog mais si vous avez des questions je suis prête à vous répondre …
        A bientôt

        • Ravi de vous avoir ouvert une voie vers Rilke; je suis sûr que vous l’emprunterez souvent, surtout après avoir découvert votre blog, riche et ostensible témoignage de votre passion pour l’écrit et la poésie.
          Vous m’avez proposé un petit voyage vers la poésie contemporaine, et je vous en remercie. Je la fréquente si peu, sans doute parce qu’elle ressemble trop à ce monde qui, comme le dit Anouilh, a « perdu l’usage du point virgule ».
          Connaissez-vous Jean-Michel Maulpoix, talentueux poète et fort sérieux analyste de cet art? Voici le lien vers son site, je veux croire que vous apprécierez les deux plumes, si ce n’est déjà le cas.
          Enfin, merci de votre offre d’aide que je me permettrai d’utiliser à l’occasion.

  1. Bonsoir, Oui les analyses de Jean-Michel Maulpoix sont très pointues, très intéressantes , mais parfois j’y vois une approche trop intellectuelle de la poésie – cela dépend de ses articles.
    Ceci dit je ne manquerai pas de visiter plus souvent son site.

    Merci de bien vouloir suivre mon blog, je vais suivre également le vôtre.
    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s